Page 1 sur 2

Il est temps d'être libre

Publié : mar. 13 févr. 2018 15:32
par AncestraL
Khordong France
It's time to be free -- Il est temps d'être libre

If you believe there is a thing called mind, it is just a thought. If you believe there is no thing called mind, it’s just another thought. Your natural state, free of any kind of thought about it—that is buddha-nature. In ordinary sentient beings, this natural state is carried away by thinking, caught up in thought. Involvement in thinking is like a heavy chain that weighs you down. Now it is time to be free from that chain. The moment you shatter the chain of thinking, you are free from the three realms of samsara.


Si tu crois qu'il y a quelque chose qui se nomme esprit, c'est juste une pensée. Si tu crois qu'il n'y a rien qui se nomme esprit, c'est juste une autre pensée. Ton état naturel est dénué de toute pensée le concernant, c'est la nature de Bouddha. Chez les êtres ordinaires, cet état naturel est emporté par le fait de penser, embringué dans la pensée. L'implication dans le processus de penser est comparable à une lourde chaîne qui te tire vers le bas. Maintenant, il est temps de te libérer de cette chaîne. Au moment où tu fais exploser cette chaîne de pensée, tu es libre des trois royaumes du samsara.

Tulku Urgyen

Re: Il est temps d'être libre

Publié : mar. 13 févr. 2018 16:55
par jules
Le reflet de la lune dans l'eau de la rivière n'est pas emporté par le courant.

Re: Il est temps d'être libre

Publié : mar. 13 févr. 2018 20:40
par jules
Si je me questionne au sujet de savoir de quoi je dois me libérer, j'actualise la question de la liberté en disant implicitement déjà quelque chose à son sujet, même si je ne fais que questionner. La première chose que je dis en posant cette question se trouve dans le point d’interrogation qui affirme la possibilité que le problème de la liberté puisse trouver réponse; c’est cette réponse que j’attend lorsque je dis : « De quoi dois-je me libérer ? »
D’autre part, je crois que je pose implicitement la question au sujet de savoir pourquoi je dois me libérer, en d’autres termes : se libérer d'accord, mais pour quoi faire ?
L'autre question que je pose ici c'est : « Puisque je ne suis pas libre, que dois-je faire pour l'être ? »
Et je questionne aussi comme ça : Y-a-t'il une chose qui puisse être dite en guise de réponse à ma question qui puisse entraîner son épuisement et l'accès à une réponse spectaculairement libératrice ?
Lorsque je demande de quoi je dois me libérer, c'est que je sens mes chaînes sans les connaître.
Ayant déjà conscience de l’existence de ces chaînes, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour les connaître et m’en libérer. C’est l’Eveil à l’existence de la souffrance signifiant « enchaînement invisible » mais impliquant également la naissance de la foi en la possibilité de se libérer.

Re: Il est temps d'être libre

Publié : mar. 13 févr. 2018 22:47
par toggeli
En fait, tu n'a plus rien à faire puisque tu es déjà libre. La preuve : Assieds-toi tranquillement, sans rien faire, rien penser, ouvre les oreilles et écoute le bruit des navires à St. Francisco. A ce moment précis tu peux remarquer que tout et parfait. Tout est déjà comme ça doit l'être. Plus besoin de se libérer.

Re: Il est temps d'être libre

Publié : mer. 14 févr. 2018 14:13
par jules
Merci Togelli.

Je me dis toutefois encore une chose à propos de cette question :« De quoi dois-je me libérer ? »...
c'est que si je l'interroge, que je démembre cette question, j'en viens à constater qu'en réalité, elle s'articule grâce à un ensemble d'accords que je donne tacitement à une somme d'axiomes. Je peux comparer ces axiomes aux différents membres constituants d'un corps. Ici, ce corps serait la question que je pose et sur laquelle je ne poserais pas de questions.
D'une façon générale, si je me rappelle de la parabole du char, je comprendrai que le char, et plus généralement que tout corps apparaît comme tel parce que j'omets de l'interroger. Au contraire, si je l'interroge je commence à voir ses membres, je commence à voir les membres de ses membres et je perds le corps de vue. Je vois par là que si je veux connaître ce corps, je ne dois pas le démembrer, car tout corps soumis à ce démembrement finit automatiquement par se vider de toute substance, ce par quoi nous pourrons dire que tout corps est fondamentalement vide.
De même, la question : "De quoi dois-je me libérer ?" n'a de sens que si je fais l'économie d'en questionner l'articulation.

Re: Il est temps d'être libre

Publié : mer. 14 févr. 2018 15:03
par jules
Cette question toujours, est déjà une façon d'interpréter le monde.
Et l'existence du monde est une croyance.

Re: Il est temps d'être libre

Publié : mer. 14 févr. 2018 16:10
par Longchen
AncestraL a écrit :
mar. 13 févr. 2018 15:32
(...) Au moment où tu fais exploser cette chaîne de pensée, tu es libre des trois royaumes du samsara.

Tulku Urgyen
Boumm !! :mrgreen:

Re: Il est temps d'être libre

Publié : mer. 14 févr. 2018 16:33
par jules
Longchen a écrit :
mer. 14 févr. 2018 16:10
AncestraL a écrit :
mar. 13 févr. 2018 15:32
(...) Au moment où tu fais exploser cette chaîne de pensée, tu es libre des trois royaumes du samsara.

Tulku Urgyen
Boumm !! :mrgreen:
"La montagne ne tombe pas dans le gouffre, ni le gouffre n'avale la montagne ", c'est ça finalement que veut dire : « De quoi dois-je me libérer ? ».

Re: Il est temps d'être libre

Publié : jeu. 15 févr. 2018 13:02
par jules
Ce qui est, peut être perçu à la fois comme chaînes et comme matière propre à permettre que la liberté puisse être éprouvée. Donc si je suis enchaîné, c'est parce que je n'ai pas encore changé mon regard sur ce qui est.

"On compare souvent la méditation à un miroir sur lequel tous les phénomènes de notre esprit, nos pensées, sentiments, émotions, souvenirs, désirs, toutes nos illusions viennent se refléter.
Mais si la posture est juste et la respiration profonde, tout ce qui se manifeste se brise et se transforme en pure lumière."


Donc, sans ces pensées, sentiments, émotions etc. je ne pourrais pas éprouver la délivrance, puisque celle-ci s'exprime continuellement au travers du détachement qui, s'appuyant sur l'existence de ces apparitions, se nourrit de la contemplation de la naissance et de l'extinction de chacune d'elles.

Re: Il est temps d'être libre

Publié : jeu. 15 févr. 2018 15:46
par jules
La liberté dont il est question dans ce sujet est donc un processus qui s’affirme à chaque instant et qui s’appuie sur les formes infinies que revêt le présent pour se manifester. Elle est en quelque sorte le processus de détachement qui opère sur ces formes.
Ainsi, l'être libéré est comparable à un moulin à eau qui, ne retenant pas l’eau a néanmoins besoin d’elle pour tourner.

Re: Il est temps d'être libre

Publié : ven. 16 févr. 2018 13:07
par toggeli
C'est joliment dit mais l'état naturel ou libéré n'a pas besoin d'être alimenté par des éléments extérieurs. Je le comparerais plutôt au soleil qui brûle tout ce qui s'approche.

Re: Il est temps d'être libre

Publié : ven. 16 févr. 2018 13:24
par jules
C'est joliment dit mais l'état naturel ou libéré n'a pas besoin d'être alimenté par des éléments extérieurs.
L'eau n'est pas extérieure au mouvement de la roue.
Je le comparerais plutôt au soleil qui brûle tout ce qui s'approche.
Toutes ces choses qui s'approchent du soleil ne sont pas extérieures au soleil, elles sont avec lui; combustion.

Tu vois la difficulté qu'il y-a à dire. :)

Re: Il est temps d'être libre

Publié : ven. 16 févr. 2018 13:40
par toggeli
Oui on essaie de coller des mots sur des trucs inexprimables. Nous ferions mieux de nous taire et de boire notre bol ::mr yellow::

Re: Il est temps d'être libre

Publié : ven. 16 févr. 2018 14:15
par jules
Sur un forum, il ne se passe pas grand chose quand on se tais. :)
Moi, je préfère risquer la parole, quitte à dire des bêtises, car on ne sait jamais, le surgissement de l'éveil est bien mystérieux, il n'est pas vraiment possible de produire le contexte où tout sera réuni pour que l'étincelle se produise, du moins pas volontairement.
C'est pourquoi finalement je comparerais la transmission à un train qu'il s'agirait seulement de faire rouler, sachant qu'à tout moment, un wagon pourrait s'y attacher.

Mais un petit thé, je suis pas contre. Qui sait si nous n'allons pas rencontrer le reflet de Bouddha en regardant à l'intérieur de la tasse. Butterfly_tenryu

Re: Il est temps d'être libre

Publié : sam. 17 févr. 2018 15:07
par jules
Je trouve que c'est encourageant de penser que si les circonstances étaient réunies et dans le cas où je participerais moi-même à leur enchaînement de la manière la plus directement perceptible, il me soit alors ridiculement suffisant de dire prout pour qu'une personne puisse atteindre sur le champ l'éveil. :lol:

Un maître zen se serait éveillé paraît-il en se cognant le doigt de pied sur l'arrête d'un caillou. Entre parenthèses ; il se serait d'ailleurs fait très mal.

Quand les circonstances sont réunies, une personne s'éveille en cognant son orteil sur un cailloux.

"Tiens, je devrais essayer, ça marchera peut-être aussi pour moi de me cogner comme ça."
Bah non justement ! C'était ce moment, ce cailloux, ce maître et le fait que 250 km plus au loin, une maman était en train de coucher son bébé pour la sieste.

En fait, le gars s'est éveillé parce que 1000 ans plus tard, une autre maman a couché bébé.