Paraboles Zen

Importante école bouddhiste, originaire de Chine et introduite au Japon au xiiie s.
Avatar de l’utilisateur
yves
Oiseau
Oiseau
Messages : 709
Inscription : ven. 26 févr. 2016 13:01
Localisation : Bernardswiller

Re: Paraboles Zen

Message non lu par yves » ven. 19 mai 2017 22:15

Compagnon a écrit :
ven. 19 mai 2017 21:59
Quand à d'éventuelles questions de ta part, suis je forcément dans l'obligation d'y répondre ? C'est impératif ? Ai je le choix ou pas ?
pas de soucis, j'applaudirai jusqu'à que tu ais le choix love3
oui à ce qui est
tout change
tout est maintenant
être tout
Compagnon

Re: Paraboles Zen

Message non lu par Compagnon » sam. 20 mai 2017 05:26

Moyen malhabile je le crains. Après son Eveil le Bouddha resta silencieux. Il ne s'est pas mis à brandir son enseignement partout sous le nez du premier passant et à le répété jusqu'a ce qu'on l'écoute. Il attendit qu'on vienne à lui, et Brahma finit par venir. Alors le Bouddha se leva et parla.
Je ne suis pas sur que le dicton "Si la montagne ne vient pas à Mahomet c'est Mahomet qui ira à la montagne" soit très bénéfique.
Enfin... essaye, persévère dans ta méthode et tu verras si tu obtient le résultat escompté, sinon il sera toujours temps d'en changer.

Je peux analyser publiquement le truc plus en profondeur si tu y tiens mais bon...c'est pas forcément très sympathique comme démarche. En tout cas je te confirme que tu as obtenu le résultat inverse escompté donc de ton coté cela péche quelque part probablement, dans l'intention, la pensée, la vue ou le moyen.
Avatar de l’utilisateur
yves
Oiseau
Oiseau
Messages : 709
Inscription : ven. 26 févr. 2016 13:01
Localisation : Bernardswiller

Re: Paraboles Zen

Message non lu par yves » sam. 20 mai 2017 12:32

je veux bien une analyse public, si le coeur t'en dit, et surtout ne t'inquiète pas de l'effet que cela produira sur moi

et sinon tu te trompes je n'essaye rien de t'enseigner, j'essaye simplement d'établir un contact
oui à ce qui est
tout change
tout est maintenant
être tout
Compagnon

Re: Paraboles Zen

Message non lu par Compagnon » sam. 20 mai 2017 15:30

et sinon tu te trompes je n'essaye rien de t'enseigner,

Je ne pense pas cela.

j'essaye simplement d'établir un contact

en effet.
Avatar de l’utilisateur
jules
Lotus Nangpa
Lotus Nangpa
Messages : 3835
Inscription : dim. 15 févr. 2009 19:14

Re: Paraboles Zen

Message non lu par jules » dim. 21 mai 2017 10:20

Le Moine et le Samuraï

Un jour, un samuraï se présenta devant le maître zen Hakuin pour lui demander:

- Y a t-il un paradis et un enfer?

Hakuin répondit:

- Qui es-tu?

- Je suis le samuraï... Mais Hakuin ne le laissa pas finir et s'exclama:

- Toi, un guerrier? Regarde toi! Quel seigneur voudrait t'avoir à son service? Tu as l'air d'un mendiant!

Le samuraï fut prit de colère et dégaina alors son sabre. Hakuin dit:

- Tu as même un sabre? Mais tu dois sûrement être trop maladroit pour me couper la tête..

Le samuraï s'apprêtait à frapper, quand le maître déclara:

- Ici s'ouvrent les portes de l'Enfer.

Devant un telle assurance, le samuraï rengaina son sabre et s'inclina. Hakuin conclut ainsi:

- Ici s'ouvrent les portes du Paradis.
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13142
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Paraboles Zen

Message non lu par ted » dim. 21 mai 2017 11:07

Il vivait dangereusement Hakuin ! :mrgreen:
mdr
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Compagnon

Re: Paraboles Zen

Message non lu par Compagnon » dim. 21 mai 2017 11:48

Il y a plusieurs versions légèrement différentes connues de cette fameuse parabole. Cette version là met en avant la non-violence et la maîtrise de soi je pense.

@Ted : j'ai lu pire question vie dangereuse dans une parabole. N'oublions pas non plus que le Bouddha alla au devant d'Angulimala en sachant parfaitement qui était le bonhomme et qu'il resta aussi impassible devant la charge d'un éléphant lancé délibérément contre lui lors d'une des 3 tentatives d'attentats fomentées par Devadatta. Mais dans les 2 cas l'agresseur n'était pas immédiatement responsable. L'éléphant fut piqué par son kornak pour chargé et Angulimala dans son histoire complète fut rendu fou par une autre personne mauvaise, originellement c'était un homme bien, il fut poussé à devenir un assassin sanguinaire en série.

Le violent, l'agressif, l'hostile, celui qui cède aisément à sa colère, qui se laisse dominés par des émotions négatives va s'attendre à ce que ses victimes soient comme lui, dominées par la peur par exemple, ainsi un homme violent s'attendra naturellement à ce que l'on ai peur de lui et peut être franchement déstabilisé par quelqu'un qui en face ne réagit pas du tout comme "prévu". C'est pas garantie mais si cela se produit, pendant le bref instant de déstabilisation, il y a une fenêtre d'ouverte pour faire quelque chose de mutuellement profitable. Evidemment cela nécessite présence d'esprit et une petite idée de savoir ce qu'il faut dire ou faire pour résoudre la situation sans violence.

J'ai retrouvé un passage d'un livre ou de nos jour quelqu'un se conduit d'une façon qui n'aurait pas déplu au Bouddha je crois :) Je le recopierais tout à l'heure.
Compagnon

Re: Paraboles Zen

Message non lu par Compagnon » dim. 21 mai 2017 12:51

Voila :

Le génie émotionnel : une étude de cas.

Extrait de : l'intelligence émotionnelle, volume 1, Daniel Goleman.

Si la marque distinctive de l’habilité sociale est le fait de savoir apaiser les émotions perturbatrices chez autrui, alors la capacité à gérer la fureur de quelqu'un est sa plus haute expression. Ce que l'on sait des mécanismes d'autorégulation de la colère et de la contagion émotionnelle suggère qu'un stratégie efficace consiste à distraire la personne en colère, à manifester de l'empathie pour ses émotions et son point de vue, puis à lui faire adopter un autre point de vue, associé à des émotions plus positives – une sorte de judo psychologique.

Rien ne saurait mieux illustrer cet art d'influer sur les émotions d'autrui que l'histoire racontée par un vieil ami, feu Terry Dobson, qui, dans les années cinquante, fut l'un des premiers Américains à étudier l'aïkido.

Un jour, alors qu'il se trouvait au Japon, il rentrait chez lui en train quand un colosse ivre, d'humeur belliqueuse, grimpa à bord. En titubant, l'homme commença à terroriser les passagers : hurlant des injures, il lança un coup de poing à une femme qui tenait un bébé, l'envoyant sur les genoux d'un couple de personnes âgées, qui se levèrent d'un bond et se réfugièrent avec les autres à l'autre bout du wagon. Après avoir distribué d'autres coups (qui ratèrent leur but), l'ivrogne empoigna la colonne métallique au centre du wagon en vociférant et essaya de l'arracher.

C'est alors que Terry, qui, grâce à ses 8 heures d'aïkido quotidiennes, était au mieux de sa forme, se sentit obligé d'intervenir. Il se souvint cependant des paroles de son professeur :

« L'aïkido est l'art de la réconciliation. Qui éprouve l'envie de se battre est coupé de l'univers. Qui essaie de dominer les gens à déjà perdu. Nous apprenons à résoudre les conflits, non à les provoquer ».

Lorsqu'il avait commencé à travailler avec son professeur, Terry s'était en effet engagé à ne jamais chercher à se bagarrer et à n'utiliser sa connaissance des arts martiaux que pour se défendre. L'occasion lui était offerte de mettre à l'épreuve son savoir-faire dans un cas manifestement légitime. Alors que tous les autres passagers étaient pétrifiés sur leur siège, Terry se leva posément.

- Ah ! Un étranger ! Je vais te donner une bonne leçon à la japonaise ! Rugit l'ivrogne en s'apprêtant à fondre sur Terry.

Mais à ce moment-là, quelqu'un lança un cri joyeux :

- « Hé ! »

Le ton de la voix était enjoué comme celui de quelqu'un qui retrouve un vieil ami. Surpris, l'ivrogne se tourna et vit un petit bonhomme de plus de soixante-dix ans en kimono. Le vieux monsieur levait vers lui un visage épanoui et il lui faisait signe d'approcher avec la main.

L'énergumène se dirigea vers lui et lança, agressif :

- Qu'est ce que tu me veux ?

Terry se tenait prêt à l’assommer au moindre geste violent.

- Qu'est tu en train de boire ? Interrogea le vieil homme, le regard rayonnant.
- Du saké, mais mêle-toi de ce qui te regarde ! Beugla l'ivrogne.

- Oh ! C'est merveilleux, absolument merveilleux, reprit le monsieur d'une voix chaleureuse. Moi aussi, j'adore le saké. Chaque soir, ma femme et moi nous en faisons chauffer une petit bouteille que nous buvons dans le jardin, assis sur un banc de bois…

Il poursuivit, évoquant le plaqueminier qui poussait à coté, les richesses de ce petit jardin et le plaisir de son petit saké du soir. Tandis qu'il l'écoutait, le visage de l'ouvrier commença à se radoucir, ses poings se desserrèrent.

- Ouais… moi aussi, j'aime beaucoup les plaqueminiers, dit-il d'une voix qui s’apaisait.

- Ah ! … continua le vieux monsieur, et je suis sûr que tu as une excellente épouse.

- Non, répondit l'autre. Elle est morte…

Et, en sanglotant, il lui raconta comment il avait perdu sa femme, son foyer, son travail, et combien il avait honte de lui.

Lorsque le train s'arrêta à sa station, Terry, en sortant du wagon, entendit le vieil homme inviter l'ivrogne à lui raconter ses malheurs et vit ce dernier affalé sur la banquette, la tête appuyée sur les genoux du monsieur.

Voilà le génie émotionnel.


anjalimetta
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13142
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Paraboles Zen

Message non lu par ted » dim. 21 mai 2017 13:45

Bravo. Tu m'as fait pleurer. :cry:
C'est malin. :)
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
jules
Lotus Nangpa
Lotus Nangpa
Messages : 3835
Inscription : dim. 15 févr. 2009 19:14

Re: Paraboles Zen

Message non lu par jules » dim. 21 mai 2017 14:16

Oui, c'est un peu triste. Mais c'est une belle histoire.
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13142
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Paraboles Zen

Message non lu par ted » dim. 21 mai 2017 14:35

jules a écrit :
dim. 21 mai 2017 14:16
Oui, c'est un peu triste. Mais c'est une belle histoire.
Un grand classique : boire pour oublier.
Compagnon a écrit :ainsi un homme violent s'attendra naturellement à ce que l'on ai peur de lui et peut être franchement déstabilisé par quelqu'un qui en face ne réagit pas du tout comme "prévu". C'est pas garantie mais si cela se produit, pendant le bref instant de déstabilisation, il y a une fenêtre d'ouverte pour faire quelque chose de mutuellement profitable.
Courir vite par exemple ? :lol:
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
jules
Lotus Nangpa
Lotus Nangpa
Messages : 3835
Inscription : dim. 15 févr. 2009 19:14

Re: Paraboles Zen

Message non lu par jules » dim. 21 mai 2017 14:42

Ted : Un grand classique : boire pour oublier.
Oui et cela peut faire penser au fait que parfois, le recours à la violence est un appel à l'aide.
Compagnon

Re: Paraboles Zen

Message non lu par Compagnon » dim. 21 mai 2017 15:10

Chacun réagit à sa façon, moi j'ai trouvé le vieux bonhomme merveilleux, c'est mon admiration pour le talent du vieux bonhomme qui a primé. Comme quoi... Chacun voit midi à sa porte, je trouve que le fait qu'il existe des gens comme ce vieux bonhomme porte plutôt à l'optimisme, à la joie et au bonheur.
Compagnon

Re: Paraboles Zen

Message non lu par Compagnon » jeu. 1 juin 2017 09:59

Je pensais l'avoir mise mais apparemment pas :

Pire qu'un clown

Il y avait en Chine un jeune moine qui état un pratiquant assidu du Dharma.

Un jour, ce moine tomba sur quelque chose qu'il ne comprit pas, c'est pourquoi il se rendit auprès de son maître pour le questionner. Quand le maître eut entendu la question, il se mit à rire bruyamment. Puis le maître se mit debout et s'éloigna en riant toujours.

Le jeune moine fut très perturbé par la réaction du maître. Les 3 jours suivants, il ne fut pas en mesure de manger, de dormir ni de réfléchir correctement. A la fin des 3 jours, il retourna voir son maître et lui dit à quel point il se sentait troublé.

Quand le maître eu entendu cela il dit :

« Moine, savez vous quel est votre problème ?
Votre problème c'est que vous êtes pire qu'un clown ! »


Le moine fut choqué d'entendre cela :

« Vénérable, comment pouvez-vous dire une chose pareille ? Comment puis-je être pire qu'un clown ? »

Le Maître expliqua alors :

« Un clown se réjouis de voir les gens rire de lui. Vous ? Vous vous sentez troublé parce qu'une autre personne rit de vous. Dites-moi, n'êtes vous pas pire qu'un clown ? »

Quand le moine entendit cela, il commença à rire.

Il avait été éclairé !
Répondre

Revenir à « Bouddhisme Zen »