Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Importante école bouddhiste, originaire de Chine et introduite au Japon au xiiie s.
Avatar de l’utilisateur
yudo
Maître Zen
Messages : 1756
Inscription : dim. 4 mars 2007 10:43
Localisation : montpellier
Contact :

Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par yudo » lun. 25 avr. 2016 12:55

(Comme l'autre jour quelqu'un s'est permis assez gratuitement d'attaquer Brad Warner sur son intégrité personnelle, ce que je considère de mauvais goût d'une part parce qu'il ne pouvait répondre à l'attaque, et d'autre part parce que je le connais et que je sais que, là-dessus, il est irréprochable, j'ai décidé de publier ce qui suit, que j'ai traduit de son blog. Yudo)

Pourquoi je fais Zazen
Publié par Brad le 21 Avril 2016

Je suis sur un gros oiseau en fer en train de voler à travers le ciel. Sous moi il y a le lac Michigan. Je serai à New York dans une heure et demie.

Je me rends à une série de conférences et de rencontres publiques (voir la liste ci-dessous). En fait, il y en a une en plus, lundi, qui n'est même pas sur la liste parce que je ne connais encore pas les détails. Plus quelques interviews, des repas et des apéros et des trucs, et une bonne paire de trajets longs, longs, longs dans des voitures surpeuplées. Ça va être une sale fin de semaine, je vous le dis!

Il y a quelques années, je m'étais juré de ne jamais plus refaire la même chose. J'avais à peine terminé une tournée de la Côte Est où j'avais accepté de faire deux ou plus conférences chaque jour. Suivit le voyage en Finlande où j'ai eu l'impression d'être sur scène non-stop pendant une semaine.

L'an dernier, mon comptable a fait une grosse bêtise. Lorsqu'il a eu tout débrouillé et m'a dit que j'avais droit à un remboursement, j'ai dit: "Je n'ai rien payé, comment puis-je avoir une remboursement?" Il a marmonné quelque chose à propos de crédits du système Obamacare. Je lui ai demandé s'il en était sûr, il m'a répondu, oui. Alors, j'ai dit OK. Qu'est-ce que j'en sais, moi, des impôts?

Il se trouve que je savais. Parce qu'en mars, j'ai reçu une lettre des impôts me disant que je leur devais un gros paquet de fric plus les intérêts. Les sources de revenus dont ils disaient que je ne les avais pas déclarées étaient mes ressources principales, c'est à dire droits sur mes livres et les donations qu'on me fait sur mon blog. Je n'aurais jamais pu oublier de les déclarer. J'ai revu mes notes, celles que j'avais apportées au comptable, l'année précédente. Tout y était.

J'ai donc appelé le patron de mon comptable. Il a comparé ma déclaration et mes notes. Rien ne correspondait. Les impôts avaient raison. Le comptable avait merdé dans les grandes largeurs. Son patron me dit d'envoyer un chèque aux impôts et gentiment, m'envoya un chèque correspondant aux pénalités.

Tout ceci a pris quelques semaines à régler. Cela fait, j'ai dû faire mes déclarations pour cette année. Comme prévu, je leur devais un autre chèque. Encore plus gros que le précédent. Heureusement j'avais le blé, je l'ai donc envoyé (et voilà où est passé mon avance sur droits pour le dernier livre "Don't Be a Jerk". Plus un chèque à l'Etat de Californie, pour cette année et un autre pour l'année passée.

Puis je me suis cassé une dent et il m'a fallu la faire arranger. Comme je n'ai pas d'assurance, j'ai dû payer le plein montant. Oh, et j'ai oublié la nouvelle ordonnance de lunettes. Pas plus assurée.

Donc, je viens juste de dépenser en une semaine une part géante de l'argent que j'ai rentré au cours des 12 derniers mois.

Oh, et ce matin, le taxi a mis bien plus longtemps à arriver que prévu, ensuite on est restés coincés dans le traffic, et j'ai donc raté mon vol. Ensuite, la sécurité des aéroports a mis des heures parce qu'ils flippent à mort pour tous ces gens qui vont de LA à la Côte Est pour Pessah, j'ai donc raté mon nouveau vol et j'ai dû re-re-réserver. Ça aussi, il a fallu le payer.

"Don't Be a Jerk" se vent bien, bonne nouvelle. Mais ça ne sera pas pour autant le prochain Harry Potter. J'espère juste que les New-Yorkais en achèteront quelques exemplaires ce W-E!

Parfois des personnes me demandent de les ordonner. Parfois ils me demandent comment faire pour écrire et publier des livres. Lorsque je leur conseille de n'en rien faire, ils pensent toujours que je plaisante. Je ne plaisante pas. Ce n'est pas une carrière qu'on puisse recommander.

Je n'ai pas de gérant ou de secrétaire particulier. J'organise ces conférences, je réserve mes avions, je me débrouille tout seul pour comprendre comment aller d'un point A à un point Z, après quoi je voyage seul. Vous pouvez me croire que c'est stressant. Mais c'est le job qui le veut. J'accepte ça, ce qui ne veut pas dire que je doive aimer ça. Dans l'ensemble, je préfère ce job à n'importe quel autre que j'ai eu jusqu'ici, donc je fais ce qu'il faut.

Je ne suis pas un gentil garçon au bon caractère lisse et sans faille. C'est pas moi. Je sui un mec aigri, amer, en colère, maladroit socialement, et à la carapace pas facile à percer. Quand je suis stressé, je le suis à fond. Pour moi, la pratique du Zen n'a pas été un moyen d'aller de garçon bien ajusté à Grand Maître Omniscient et Omnivoyant, plein de beauté, de bonheur et d'arcs-en-ciel. Ça s'est juste révélé être une façon de m'empêcher de tomber complètement au fond du trou.

Sans l'assise solide que la pratique du Zen m'a donnée, je ne pourrais absolument pas faire tout ça. J'en ai totalement conscience. Lorsque je m'assieds sur mon petit coussin dans mon petit appartement chaque matin et chaque soir, je sais qu'aussi ennuyeux et débile que puisse sembler le fait de m'asseoir devant la porte de mon placard pendant une demi-heure -- même pour moi! -- c'est ce qui rend juste possible le reste de ma vie.

Ouais, j'ai eu quelques moments de pénétrations particulièrement étonnantes. Non pas que moi, je sois étonnant. Mais ce que j'ai vu l'était.

Mais c'est pas pour ça que je me pose sur le zafu à chaque jour.


Je me pose chaque jour sur le zafu afin d'y survivre.
La responsabilité des élèves est d'empêcher le maître de se "prendre pour un maître".
Avatar de l’utilisateur
davi
Arbre de la Bodhi
Arbre de la Bodhi
Messages : 1010
Inscription : dim. 28 févr. 2016 11:38

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par davi » lun. 25 avr. 2016 19:34

En tous cas on sent de la sincérité là-dedans.
S'indigner, s'irriter, perdre patience, se mettre en colère, oui, dans certains cas ce serait mérité. Mais ce qui serait encore plus mérité, ce serait d'entrer en compassion.
Le Bouddhisme Le sutra du coeur603.WMA
blutack
Cheval
Cheval
Messages : 831
Inscription : dim. 19 juil. 2009 17:42

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par blutack » mar. 26 avr. 2016 07:33

Et bien ça confirme ce que je pensais, le zen sauce moderne se résume à une vulgaire psychothérapie. Une vie calme à la campagne ou un join de temps en temps permettent à bien des gens d'obtenir le même résultat sans le moindre effort ! :lol:
Dernière modification par blutack le mer. 27 avr. 2016 17:24, modifié 1 fois.
Your Kingdom is Doomed
Avatar de l’utilisateur
yudo
Maître Zen
Messages : 1756
Inscription : dim. 4 mars 2007 10:43
Localisation : montpellier
Contact :

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par yudo » mar. 26 avr. 2016 07:46

blutack a écrit :Et bien ça confirme ce que je pensais, le zen sauce moderne se résume à une vulgaire psychothérapie. Une vie calme à la campagne, ou un join de temps en temps permettent à bien des gens d'obtenir le même résultat sans le moindre effort ! :lol:
Ouais. On n'attend plus que tu ouvres ton centre bouddhiste et que tu enseignes ta connaissance aux âmes éperdues qui n'attendaient plus que ton immense sagesse, ton infinie gentillesse, ta tolérance inébranlable et ta joie de vivre si manifeste...
La responsabilité des élèves est d'empêcher le maître de se "prendre pour un maître".
Avatar de l’utilisateur
yudo
Maître Zen
Messages : 1756
Inscription : dim. 4 mars 2007 10:43
Localisation : montpellier
Contact :

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par yudo » mer. 27 avr. 2016 16:51

Pour revenir en arrière, si ma réponse était volontairement cinglante, il y a une raison. Je suis de l'avis, partagé par la plupart des personnes que je connais et qui le connaissent personnellement (j'y insiste) que Brad Warner est une des personnes les plus authentiques de ce milieu des enseignants zen occidentaux. Non qu'il soit le seul, qu'on me comprenne bien, mais c'est ce qu'il est. Qu'il consente aussi souvent à se mettre à nu, a faire voir ses faiblesses, ses incertitudes n'est pas une preuve de n'importe quoi, d'incompétence ou de quoi que ce soit du genre, bien au contraire. Je crois, bien au contraire, que c'est des "maîtres" ne manifestant aucune faiblesse, aucun aspect réellement humain (du moins en surface) qu'il faut réellement se méfier.

Dans ma vie de tous les jours, le constat que je fais de la pratique bouddhiste, c'est qu'elle est simple, peu compliquée, mais d'une éprouvante difficulté à mettre en oeuvre. Et nous avons plus à apprendre de ces gens qui pâtissent réellement dans leur vie de tous les jours et qui "font avec" qu'avec les fumistes qui savent très bien jouer le rôle de ce que les gens fantasment être un "être éveillé". (J'ai même déjà entendu quelqu'un dire de Yuno Who qu'il était un "maître parfaitement réalisé"...!!!)

Il suffit de lire le compte rendu déchirant des derniers jours de la mère de Brad, atteinte par le syndrome de Huntingdon, incapable de plus s'exprimer que par cris incohérents, secouée de tremblements incontrôlables, emmenée par son mari et son fils dans un trajet éprouvant par la route pour revoir sa famille une dernière fois, puis ses réactions (de Brad) au moment de sa mort (de sa mère), pour voir que Brad est parfaitement un être humain totalement humain, mais avec en plus cette incroyable force de se mettre à nu devant tous, sachant les flèches et les agressions que cela lui vaudra. On adore attaquer un homme désarmé, c'est bien connu.

Donc, si vous n'êtes pas d'accord avec ce qu'il dit, OK, mais dites ce que vous, concrètement, vous proposez, et dites aussi sérieusement où et sur quoi vous n'êtes pas d'accord. Je fais l'effort de traduire ce qu'il écrit, je puis aussi faire l'effort de commenter et répondre, s'il y a des interrogations. Je ne crois en tout cas pas que c'est sur la base de rien que le Vieux Nishijima l'avait choisi pour lui succéder.
La responsabilité des élèves est d'empêcher le maître de se "prendre pour un maître".
Dumè Antoni

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par Dumè Antoni » mer. 27 avr. 2016 18:32

Brad Warner a écrit : Je ne suis pas un gentil garçon au bon caractère lisse et sans faille. C'est pas moi. Je sui un mec aigri, amer, en colère, maladroit socialement, et à la carapace pas facile à percer. Quand je suis stressé, je le suis à fond. Pour moi, la pratique du Zen n'a pas été un moyen d'aller de garçon bien ajusté à Grand Maître Omniscient et Omnivoyant, plein de beauté, de bonheur et d'arcs-en-ciel. Ça s'est juste révélé être une façon de m'empêcher de tomber complètement au fond du trou.
Effectivement, en lisant ce passage (dans lequel je pourrais me reconnaître :lol: ), on pourrait comprendre que le Zen n'a rien apporté de plus à Brad Warner que le fait d'éviter de "tomber dans le trou". De fait, on peut comprendre aussi la réaction de Blutack dans sa comparaison à de la "psychothérapie". On a en fait le sentiment que Brad Warner fait du Zen (ou de zazen) volontairement une action dépourvue de tout idéal en voulant, en quelque sorte, restaurer l'homme ordinaire, empêtré dans ses problèmes, que zazen pourrait aider à surmonter au plan psychologique.

Bien entendu, l'idéal est une vue de l'esprit, quelque chose auquel on s'attache pour ne pas sombrer (ne pas tomber dans le trou). De fait, je m'interroge si ce besoin de restaurer l'homme ordinaire n'est pas lui aussi une sorte d'idéal, mais un idéal plus à la portée de l'homme ordinaire qu'un satori exigeant, nécessitant des années de pratique, voire plusieurs vies, pour atteindre une libération hypothétique dont l'homme ordinaire n'a bien sûr aucune idée.

Il existe la notion de "contentement" qui est très importante dans le Zen (et sans doute aussi dans toutes les traditions bouddhiques) qui exprime une forme de libération. Dans le Rinzaï (je sais que Brad Warner n'est pas Rinzaï, mais c'est quand même du Zen) ce "contentement" n'est atteint que très tardivement dans la pratique (disons au 7ème tableau du dressage du buffle), sauf à avoir obtenu un satori libérateur qui a propulsé, en quelque sorte, le pratiquant directement aux 8ème, 9ème et 10ème tableaux, c'est à dire à un Bodhisattva de la 10ème Terre. Ce contentement est exprimé par le kôan "la vie ordinaire est la voie" ou encore "se rendre au marché avec des mains secourables".

La question que je pose est donc la suivante : est-ce que ce que Brad Warner exprime par : "Ça s'est juste révélé être une façon de m'empêcher de tomber complètement au fond du trou" veut dire qu'il considère que le Bodhisattva de la 10ème Terre, c'est juste quelqu'un qui réalise qu'il n'y a rien à obtenir de plus que la satisfaction de pratiquer zazen pour éviter de sombrer ; ou est-ce que Brad Warner se considère simplement comme un homme ordinaire et non comme un Bodhisattva ?
Avatar de l’utilisateur
yudo
Maître Zen
Messages : 1756
Inscription : dim. 4 mars 2007 10:43
Localisation : montpellier
Contact :

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par yudo » mer. 27 avr. 2016 21:53

Dumè Antoni a écrit : La question que je pose est donc la suivante : est-ce que ce que Brad Warner exprime par : "Ça s'est juste révélé être une façon de m'empêcher de tomber complètement au fond du trou" veut dire qu'il considère que le Bodhisattva de la 10ème Terre, c'est juste quelqu'un qui réalise qu'il n'y a rien à obtenir de plus que la satisfaction de pratiquer zazen pour éviter de sombrer ; ou est-ce que Brad Warner se considère simplement comme un homme ordinaire et non comme un Bodhisattva ?
Je ne sais pas. Comme d'habitude (mais cela se voit aussi souvent dans les kôans, au sens de "récits de vie des maîtres zen"), il exagère. Il réagit violemment à une espèce d'idéalisation que certains, surtout ceux qui sont loin de lui et ne le voient qu'épisodiquement (ou ceux qui ne l'ont que lu) pourraient faire de lui sur la base de la perception qu'ils ont de lui à travers ses écrits. Là, pour contrarier cette perception, il donne ce qu'il voit de plus noir et minable en lui, alors que, pour le connaître un peu, ce n'est qu'une brusque remise à niveau.

Quant à se "considérer comme un bodhisattva", en voilà une qu'elle est bonne! Je ne puis ici que répondre pour moi-même, mais si, dans ma vie de tous les jours, je tente de manifester dans la mesure du possible l'idéal de bodhisattva au bénéfice de tous les êtres, je ne reste qu'un homme ordinaire, et même si, sincèrement, je suis aujourd'hui au mental comme au physique incomparablement plus souple que je ne l'étais à 30 ans, ce n'est rien pour écrire à chez nous, pour traduire littéralement une expression anglo-saxonne. Je suis souvent considéré comme quelqu'un de gentil, affable, disponible, à qui on peut dire de la fermer sans qu'il se vexe, et autres compliments, mais qui me connaît plus intimement connaît mes failles, mes limites, ma profonde connerie. Alors, oui, dans ma vie de tous les jours, ma pratique a réussi à me faire minimiser certains de mes aspects les plus désagréables, cela n'empêche qu'ils sont toujours là.

Devrais-je pour autant refuser de faire partager le peu que je sais? En tout cas, au plan professionnel qui est le mien, je suis sûr que non. Donc, je serais tenté de dire de Brad, "oui, c'est un homme ordinaire", mais aussi, ce qui l'irriterait probablement assez, "oui, c'est un bodhisattva", mais il ne se prend pas pour un.
La responsabilité des élèves est d'empêcher le maître de se "prendre pour un maître".
Avatar de l’utilisateur
jules
Naga
Naga
Messages : 4016
Inscription : dim. 15 févr. 2009 19:14

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par jules » mer. 27 avr. 2016 23:47

Je pense toutefois qu'il ne serait pas juste de considérer un étalage personnel de la part d'un maître de tout ce qui chez lui ne diffère pas d'un être ordinaire, comme preuve de sincérité. En effet c'est une chose qu'on fini vite par comprendre avec un peu de bouteille ce que faire montre d'humilité implique comme pouvoir de séduction.
Moi qui ne suis ni maître ni bodhisattva ni quoi que ce soit, si je disais que j'ai plein de défaut, de peurs, d'incertitudes, tout le monde trouverait cela normal et on ne me prendrait pas pour quelqu'un de sincère, mais pour quelqu'un à la rigueur qui aurait besoin de vider son sac, on voudrait même sans doute me donner quelques conseils avisés pour m'aider à mieux vivre, ce que sans doute j'apprécierais... ou pas d'ailleurs ::mr yellow:: Alors qu'un maître, un type dont le moindre pet est entendu sur la place publique, quand il témoigne des mêmes difficultés, on dit de lui que parce qu'il est en mesure d'être sincère à ce propos, cette sincérité là est le propre d'un véritable maître, de quelqu'un qui ne se la joue pas genre "statue de Bouddha". Là est le danger peut-être pour lui, car sans aucun doute un tel maître peut trouver son publique par ce genre de confessions intimes, d'ailleurs c'est un fait, Brad a son publique. Pour pousser un peu plus loin, on pourrait presque voir de la condescendance dans ce genre de propos, genre "voyez, je suis comme vous", où comme disait Sarko à un ouvrier : "Vous et moi nous sommes pareils" et l'autre de répondre : "Oui mais nous n'avons pas les même femmes" :lol:
J'avoue que c'est un peu dur ce que je dis, mais méfiance méfiance, là où il y'a de l'humain, ça sent toujours plus ou moins un peu le caca et la sincérité, la vraie, c'est je pense dans l'antre de nos cerveaux, au fin fond de nos pensées les plus inavouables qu'on la trouve. Mais qui voudrait se mettre nu véritablement devant tous le monde. Nietszche dit une chose à ce sujet :
Tu ne veux pas dissimuler devant ton ami ? Tu veux faire honneur à ton ami en te donnant tel que tu es ? Mais c’est pourquoi il t’envoie au diable !

Qui ne sait se dissimuler révolte : voilà pourquoi il faut craindre la nudité ! Certes, si vous étiez des dieux vous pourriez avoir honte de vos vêtements !

Tu ne saurais assez bien t’habiller pour ton ami : car tu dois lui être une flèche et un désir du Surhumain.
Donc se tailler un joli masque, c'est déjà très bien, et je dois dire que le masque de Brad n'est pas pour me déplaire.
Dumè Antoni

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par Dumè Antoni » jeu. 28 avr. 2016 09:37

Yudo a écrit :Quant à se "considérer comme un bodhisattva"
En fait, ma question était : "Est-ce qu'il considère que le Bodhisattva de la 10ème Terre, c'est juste quelqu'un qui réalise qu'il n'y a rien à obtenir de plus que la satisfaction de pratiquer zazen pour éviter de sombrer" ? Mon idée, en posant cette question renvoyait à "l'homme sans affaire" de Lin Tsi. Rinzaï avait dit, au moment de son éveil : "Il n'y a pas grand chose dans le Chan de Huang po !" Et l'on se souvient aussi de sa façon très critique de traiter les Bodhisattva : "des salariés". En fait, en lisant Brad Warner, mais peut-être me trompai-je (tu me diras), je retrouvai un côté désabusé, sans doute exagéré mais qui interpelle quand même car, à l'instar de Rinzaï, il ne cherche pas à paraître "un Grand Maître Omniscient et Omnivoyant, plein de beauté, de bonheur et d'arcs-en-ciel" mais à reconnaître ses défauts (et ses qualités) et à les accepter comme tels.

Cependant, à la différence de Lin Tsi, Brad Warner fait de zazen le point d'ancrage dans sa vie. Cette différence est sans doute un héritage de Dôgen auquel BW se rattache par filiation. Mais ce détail me paraît secondaire — voire dérisoire — car Rinzaï insistait davantage sur l'homme sans affaire, indépendamment de la pratique (de Dhyana), parce qu'il pressentait que Dhyana était, à son époque et chez une grande majorité de moines, une pratique dualiste, avec un but : devenir un Bouddha. On retrouve le cas avec la tuile et le miroir de Matsu.

Disons que de mon point de vue, BW exprime une sorte de Rinzaï moderne (je peux peut-être choquer en disant cela) en ce qu'il ne cherche plus. T. Jyoji disait : "je ne cherche plus ; je trouve" (et il déclarait que cela était le fait de zazen). Mais peut-être que je me trompe ?...
Avatar de l’utilisateur
yudo
Maître Zen
Messages : 1756
Inscription : dim. 4 mars 2007 10:43
Localisation : montpellier
Contact :

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par yudo » jeu. 28 avr. 2016 12:32

Dumè Antoni a écrit :
Yudo a écrit :Quant à se "considérer comme un bodhisattva"
En fait, ma question était : "Est-ce qu'il considère que le Bodhisattva de la 10ème Terre, c'est juste quelqu'un qui réalise qu'il n'y a rien à obtenir de plus que la satisfaction de pratiquer zazen pour éviter de sombrer" ? Mon idée, en posant cette question renvoyait à "l'homme sans affaire" de Lin Tsi. Rinzaï avait dit, au moment de son éveil : "Il n'y a pas grand chose dans le Chan de Huang po !" Et l'on se souvient aussi de sa façon très critique de traiter les Bodhisattva : "des salariés". En fait, en lisant Brad Warner, mais peut-être me trompai-je (tu me diras), je retrouvai un côté désabusé, sans doute exagéré mais qui interpelle quand même car, à l'instar de Rinzaï, il ne cherche pas à paraître "un Grand Maître Omniscient et Omnivoyant, plein de beauté, de bonheur et d'arcs-en-ciel" mais à reconnaître ses défauts (et ses qualités) et à les accepter comme tels.

Cependant, à la différence de Lin Tsi, Brad Warner fait de zazen le point d'ancrage dans sa vie. Cette différence est sans doute un héritage de Dôgen auquel BW se rattache par filiation. Mais ce détail me paraît secondaire — voire dérisoire — car Rinzaï insistait davantage sur l'homme sans affaire, indépendamment de la pratique (de Dhyana), parce qu'il pressentait que Dhyana était, à son époque et chez une grande majorité de moines, une pratique dualiste, avec un but : devenir un Bouddha. On retrouve le cas avec la tuile et le miroir de Matsu.

Disons que de mon point de vue, BW exprime une sorte de Rinzaï moderne (je peux peut-être choquer en disant cela) en ce qu'il ne cherche plus. T. Jyoji disait : "je ne cherche plus ; je trouve" (et il déclarait que cela était le fait de zazen). Mais peut-être que je me trompe ?...
En tout cas, cela y ressemble. J'aime bien ce que tu en dis.
La responsabilité des élèves est d'empêcher le maître de se "prendre pour un maître".
blutack
Cheval
Cheval
Messages : 831
Inscription : dim. 19 juil. 2009 17:42

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par blutack » jeu. 28 avr. 2016 16:12

Je ne suis pas un gentil garçon au bon caractère lisse et sans faille. C'est pas moi. Je sui un mec aigri, amer, en colère, maladroit socialement, et à la carapace pas facile à percer. Quand je suis stressé, je le suis à fond. Pour moi, la pratique du Zen n'a pas été un moyen d'aller de garçon bien ajusté à Grand Maître Omniscient et Omnivoyant, plein de beauté, de bonheur et d'arcs-en-ciel. Ça s'est juste révélé être une façon de m'empêcher de tomber complètement au fond du trou.

Sans l'assise solide que la pratique du Zen m'a donnée, je ne pourrais absolument pas faire tout ça. J'en ai totalement conscience. Lorsque je m'assieds sur mon petit coussin dans mon petit appartement chaque matin et chaque soir, je sais qu'aussi ennuyeux et débile que puisse sembler le fait de m'asseoir devant la porte de mon placard pendant une demi-heure -- même pour moi! -- c'est ce qui rend juste possible le reste de ma vie.

Ouais, j'ai eu quelques moments de pénétrations particulièrement étonnantes. Non pas que moi, je sois étonnant. Mais ce que j'ai vu l'était.

Mais c'est pas pour ça que je me pose sur le zafu à chaque jour.


Je me pose chaque jour sur le zafu afin d'y survivre.
Bon la partie intéressante du texte ce résume à ça. Alors qu'est ce qu'il nous dit ? Pas besoin d'aller chercher midi à 14 heure: Il nous explique tout simplement que le but de son zen "c'est de de ne pas sombrer au fond du trou". Il entend quoi par tomber au fond du trou ? Au vu de la longue anecdote sur sa vie il s'agit tout simplement des ennuis au quotidien qui sont cause de stress pour lui.

Voili voilou. Et je le dis haut et fort, faire du but du zen, la simple capacité à supporter les petits aléa de la vie sans "sombrer au fond du trou" et bien c'est ramener le bouddhisme zen au niveau d'une thérapie. Ici on est au niveau soit d'une psychothérapie soit d'une thérapie orienté vers le bien être. Des tas de gens obtiennent le même résultat en allant voir des matchs de foot avec leurs amis, d'autre en pratiquant les arts martiaux ou d'autres sports, certains se livrent à la création artistique que sais-je encore !

Alors soyons clair ! Le Bouddhisme vise à atteindre l'éveil qui est n'en déplaise à Brad Warner, considéré comme un état d'omniscience, il est même considéré que l'éveil confère à celui qu'il l'atteint des siddhi, qui ne sont rien d'autre que des pouvoirs magiques. Ces histoires d'omniscience et de pouvoirs ça en fait fantasmer certains et ça en rebutent d'autre mais le Bouddhisme c'est ça !
Le Bouddhisme n'est rien d'autre qu'une religion qui propose de faire une expérience mystique et transformatrice qu'il appelle éveil ! Cela n'a pas grand chose à voir avec apprendre à supporter le stress.
Your Kingdom is Doomed
Avatar de l’utilisateur
yudo
Maître Zen
Messages : 1756
Inscription : dim. 4 mars 2007 10:43
Localisation : montpellier
Contact :

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par yudo » jeu. 28 avr. 2016 17:42

blutack a écrit : (...)

Alors soyons clair ! Le Bouddhisme vise à atteindre l'éveil qui est n'en déplaise à Brad Warner, considéré comme un état d'omniscience, il est même considéré que l'éveil confère à celui qu'il l'atteint des siddhi, qui ne sont rien d'autre que des pouvoirs magiques. Ces histoires d'omniscience et de pouvoirs ça en fait fantasmer certains et ça en rebutent d'autre mais le Bouddhisme c'est ça !
Le Bouddhisme n'est rien d'autre qu'une religion qui propose de faire une expérience mystique et transformatrice qu'il appelle éveil ! Cela n'a pas grand chose à voir avec apprendre à supporter le stress.
Soyons clair. Je pense que tu pares le Bouddhisme de tous ces oripeaux chamarrés tout simplement parce que cela te permet de te dire que c'est trop élevé pour toi, que tu ne pourras jamais y arriver, sauf à rencontrer un être exceptionnel qui correspond à tes fantasmes et dont tu espères peut-être que, par magie, il te confère à ton tour toutes ces choses mirifiques. (Je suis passé par là...)

Même les suttas du Canon Pali font observer que les pouvoirs magiques sont contre-productifs. Il est même interdit à un moine de s'en vanter. Pratiquement toutes les écoles ont toujours tenté, soit d'une manière, soit d'une autre, de remettre les gens comme toi sur terre. Parce que si tu penses qu'il s'agit d'une expérience mystique, c'est que tu fais abstraction du corps, et le Bouddhisme, c'est toujours corps-et-esprit, indissolublement.

J'observe que, à chaque fois que tu interviens, c'est toujours de façon négative, et évidemment, sans jamais rien proposer de concret de ta part. Ni Brad Warner ni moi, et pas plus Dumè, n'avons jamais soutenu que le Bouddhisme se limite à une thérapie. Dans d'autres de ses textes, Brad Warner s'érige vigoureusement contre l'assertion. Pour des gens instables, la pratique est même déconseillée, par ce qu'elle fait remonter du tréfond de notre être, et qui nécessite quelqu'un de compétent et d'averti pour empêcher le pratiquant d'en pâtir. Ce n'est pas parce qu'elle apporte incidemment certains avantages qu'il faut la faire en espérant les obtenir: en fait, c'est toujours pareil, et des centaines de maîtres sur des dizaines de siècles ont toujours mis en garde contre la démarche "intéressée" parce qu'elle fait s'éloigner, en fait, ce qu'on voudrait atteindre.

Maître Nishijima disait que ce qu'il enseigne n'est pas pour les dieux, mais pour des humains. Mais l'imaginer comme quelque chose d'extraordinaire est un excellent moyen de s'excuser de ne pas faire ce qu'il faut (c'est vrai que c'est donc chiant!!!).
La responsabilité des élèves est d'empêcher le maître de se "prendre pour un maître".
blutack
Cheval
Cheval
Messages : 831
Inscription : dim. 19 juil. 2009 17:42

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par blutack » jeu. 28 avr. 2016 18:25

Je note qu'une fois de plus on s'en prend à ma personne. C'est désespérant mais chronique chez Yudo ! Je trouve ça très désagréable et j'estime que ça n'a pas sa place dans un débat. Il aurait été beaucoup plus intéressant de ce pauser la question qu'est ce que l'éveil ? Et de s'appuyer sur des propos de maitre authentique pour y répondre. On se serait rendu compte que cela va beaucoup plus loin que de faire face au stress. Enfin bon je laisse Yudo à ses arguments ad hominem.
Your Kingdom is Doomed
Dumè Antoni

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par Dumè Antoni » jeu. 28 avr. 2016 19:39

Blutack a écrit :qu'est ce que l'éveil ? Et de s'appuyer sur des propos de maitre authentique pour y répondre. On se serait rendu compte que cela va beaucoup plus loin que de faire face au stress.
Je ne crois pas qu'il faille faire dire à BW ce qu'il n'a pas dit, à savoir que le Zen consiste à faire — uniquement — face au stress, même si on peut le lire aussi à ta manière (et du reste, je l'ai reconnu). A mon sens, il faut y voir la notion de "contentement" qui est beaucoup plus profonde qu'une parade au stress. Il y a un kôan qui dit "où que l'on soit, c'est le zendo". Le zendo, c'est le lieu habité par le Bouddha, et quand on pénètre dans le zendo, on n'est pas ailleurs que là où se trouve le Bouddha. Le fait est qu'on ne peut pas être ailleurs que là où l'on se trouve, c'est à dire en fait dans le zendo, mais on se débrouille toujours pour n'être jamais satisfait de notre état, de notre position. De fait, l'essentiel de nos problèmes sont liés à cette distance que nous mettons entre nous et le Bouddha, c'est à dire entre nous et nous-même. Cette distance est la source de nos problèmes et la manière la plus simple, la plus immédiate, d'abattre cette distance est de revenir au corps et d'abandonner la pensée (qui part dans toutes les directions). Quand on passe 1/2 heure par jour à pratiquer zazen, on retrouve le Bouddha (même si on ne l'a jamais perdu, en fait, mais nous le réalisons pas). On s'imagine que le Bouddha, ça doit être quelque chose de très spécial. Mais en fait — et c'est pourquoi j'ai parlé de Rinzaï — le Bouddha est l'homme sans affaire qui entre et sort par la porte des sens (nos sens) à chaque instant.

Il existe des traditions qui parlent de siddhis rattachés à l'éveil. Mais il faut faire attention de comprendre ce que sont en réalité ces siddhis. Le kôan "avale d'une seule gorgée toute l'eau de l'océan Pacifique", par exemple, fait appel à une sorte de "siddhi", mais la réponse juste (correcte) à ce kôan renvoie à quelque chose de beaucoup simple et au final à la porté de n'importe quel humain, à condition bien sûr qu'il réalise sa nature de Bouddha, c'est à dire qu'il réalise que "où qu'il se trouve, cet endroit est le zendo". Et la notion d'Omniscience relève de la même opération sapientiale qu'un siddhi (car un siddhi, ça n'est jamais que comprendre comment les choses sont, en réalité).

Je ne dis pas que BW est un Bouddha ou un Bodhisattva. Lui-même ne le dit pas. Mais s'il a trouvé le zendo là où il se trouve, alors on peut s'incliner devant lui. Non pas parce qu'il est exceptionnel, mais parce qu'en s'inclinant devant lui, on s'incline devant les flocons de neige qui tombent, un à un, exactement dans le zendo, ou les gouttes de pluies... Ce n'est pas de la poésie. C'est le Zen. Et si BW a compris, quand on s'incline, il s'incline à son tour. Si on comprend ça, on peut vivre dans le monde avec les problèmes du monde et ne pas avoir peur de la peur.
Avatar de l’utilisateur
yudo
Maître Zen
Messages : 1756
Inscription : dim. 4 mars 2007 10:43
Localisation : montpellier
Contact :

Re: Brad Warner: Pourquoi je fais Zazen

Message non lu par yudo » jeu. 28 avr. 2016 20:32

blutack a écrit :Je note qu'une fois de plus on s'en prend à ma personne. C'est désespérant mais chronique chez Yudo ! Je trouve ça très désagréable et j'estime que ça n'a pas sa place dans un débat. Il aurait été beaucoup plus intéressant de ce pauser la question qu'est ce que l'éveil ? Et de s'appuyer sur des propos de maitre authentique pour y répondre. On se serait rendu compte que cela va beaucoup plus loin que de faire face au stress. Enfin bon je laisse Yudo à ses arguments ad hominem.
Ce n'est pas que "je m'en prenne à ta personne". Ce que je constate, c'est que où que tu interviennes, sur quelque sujet que tu interviennes, ton ton est agressif, méchant, arrogant et méprisant.
Outre que cela ne dénote pas quelque chose de très positif, il me semble que cela dénote surtout une idée dévoyée de ce que devraient être les choses, et probablement une grande souffrance. Mais mon impression, c'est que tu chéris cette souffrance, parce qu'elle te donne une (fausse) impression de sens.

C'est à cela que je m'attaque (car, pour le coup, oui, il y en a une), mais pas à toi. Tout ce que je veux, c'est que tu finisses par prendre conscience de ce que les attitudes à priori méprisantes n'entraînent que la même chose.

Tu n'as jamais posé la question "qu'est-ce que l'éveil". Tu as au contraire toujours donné l'impression de "moi je sais ce que c'est, et ce que je vois ne correspond pas".

Essaie d'en prendre conscience et tu verras peut-être que ce n'est pas à toi que j'en ai.
La responsabilité des élèves est d'empêcher le maître de se "prendre pour un maître".
Répondre

Revenir à « Bouddhisme Zen »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités