Regard bouddhiste sur Noël

ardjopa

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par ardjopa » mar. 25 déc. 2012 19:39

On dirait que "Yehoushoua" n'est pas trop ton ami ;-)
Ou peut-être "l'église" censée le représenter
Perso, j'aime souvent faire comme Tchouang tseu, à mon niveau bien sur !
Que ce soit pour une religion ou une autre, ou "isme" ou un autre, etc
Je prends le poisson et jette la nasse, je garde les bonnes idées, et jette l'institution et les mauvaises, je garde
l'essence et jette les mots

Image
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13156
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par ted » mer. 26 déc. 2012 15:32

yudo a écrit :Au départ, de toutes façons, la fête de Noël, c'est la fête du solstice d'hiver. Le jour où le jour est le plus court et la nuit la plus longue, mais surtout, le jour où les jours commencent à allonger. Le 24 juin, c'est le contraire. Il s'agit de fêtes que l'Eglise a longtemps combattues avant de les récupérer à ses propres fins. Si on lit attentivement les Evangiles, on est obligé de conclure que la naissance de Yehoushoua ben Youssef a lieu vers le mois de mars, car c'est en cette saison que les brebis agnèlent, pas en décembre.

Il me paraît donc normal de continuer de fêter Noël, même quand on ne croit plus en Jésus, parce qu'il s'agit d'une fête bien plus ancienne.
C'est juste.
C'est une date symbolique.
L'église a toujours plus ou moins récupéré les fêtes des autres religions. Pâques par exemple est d'abord une fête juive.

Les églises étaient construites de préférence sur d'anciens lieux de culte païens. Et d'ailleurs pas toujours forcément pour les occulter. Il y a des lieux où convergent certaines forces.

On peut aussi supposer qu'il y a des jours de l'année où les rituels ont plus d'impact.

Sinon, dans les trois religions du livre, Jesus est un personnage important. On dit même qu'il aurait fait un grand pèlerinage en terre bouddhiste pendant la vingtaine d'années où on n'a eu aucune nouvelle de lui.
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
yudo
Elephant
Elephant
Messages : 1715
Inscription : dim. 4 mars 2007 10:43
Localisation : montpellier
Contact :

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par yudo » jeu. 27 déc. 2012 16:41

De toutes manières, du Jésus historique, on ne connaît pratiquement rien: la seule référence connue (Flavius Josèphe) étant une interpolation, donc un faux tardif.

Du Jésus des évangiles, on ne sait pas grand-chose non plus, à part qu'il est assez évident à la lecture qu'il n'est pas ce que le Christianisme en a fait.

Quant au Jésus mythique, celui qui naît le 25 décembre, meurt et ressuscite le 3è jour (qui est en fait le second, mais peu importe), il a plusieurs formes et plusieurs visages, autant en fait que de sectes chrétiennes, du malheureux supplicié du baroque espagnol à l'athlète aryen bond aux yeux bleus des Mormons. Et certains de ces visages ne sont guère sympathiques: voilà un dieu qui prêche l'amour, et des sectateurs qui ne prêchent que la haine (voir aux USA).

Le seul de ces visages que j'accepte, c'est celui du dieu du sacrifice de soi au profit des autres. Les autres (ceux du sacrifice des autres au profit de soi) je les laisse à qui en veut...
La responsabilité des élèves est d'empêcher le maître de se "prendre pour un maître".
Avatar de l’utilisateur
boudiiii !
Arbre de la Bodhi
Arbre de la Bodhi
Messages : 1016
Inscription : mer. 16 févr. 2011 12:14

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par boudiiii ! » jeu. 27 déc. 2012 17:25

Amen ! delphinus
"Ne le dis pas à ma maman que je suis un Bouddha , elle me prend pour un névrosé"
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13156
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par ted » jeu. 27 déc. 2012 18:42

On pourrait en dire tout autant de Gautama qui a vécu 500 ans plus tôt que le Christ.
Lui aussi, on lui fait dire beaucoup de choses.

Il n'y a pas de fumée sans feu. Jesus a marqué les esprits. Il doit bien y avoir une raison...
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
ardjopa

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par ardjopa » jeu. 27 déc. 2012 20:06

Jesus c'est comme le bonheur,
tout le monde en parle, en bien ou en mal,à un avis sur lui, le cherche parfois, ou restent sceptiques,
certains pourrait se faire moines pour lui, ou prétendre le connaitre et savoir où on le trouve, d'autres sont près à mourir pour lui, ou aller envahir des continents pour l'imposer aux autres, avant à eux-même,
mais personne ne l'a jamais vu, ou pas tant que ça ;-)
ardjopa

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par ardjopa » jeu. 27 déc. 2012 20:20

Jesus, super publicitaire ! ,
2000 ans après, il fait encore parler de lui, et son entreprise marche encore
Mais où est-il passé ? ;-)

Image
Avatar de l’utilisateur
Katly
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2278
Inscription : ven. 20 juil. 2012 07:14
Contact :

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par Katly » jeu. 27 déc. 2012 21:14

ardjopa a écrit :Jesus, super publicitaire ! ,
2000 ans après, il fait encore parler de lui, et son entreprise marche encore
Mais où est-il passé ? ;-)
Dans la forêt,
son esprit
dans la rosée de l'herbe du matin
une étoile scintillante, un rubis
à sa cheville
blanc comme un lys
sur la Croix
Teyata, Gate, Gate, Paragate, Parasamgate, Bodhi Svàhà
Les mots que l'on a pas dit sont les fleurs du silence. Proverbe japonais
Soyez libre là où vous êtes. TNH
Avatar de l’utilisateur
boudiiii !
Arbre de la Bodhi
Arbre de la Bodhi
Messages : 1016
Inscription : mer. 16 févr. 2011 12:14

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par boudiiii ! » jeu. 27 déc. 2012 21:25

ardjopa a écrit :Jesus, super publicitaire ! ,
2000 ans après, il fait encore parler de lui, et son entreprise marche encore
Mais où est-il passé ? ;-)
Bouddha aussi , sa "petite entreprise" ne connait pas la crise
Image
"Ne le dis pas à ma maman que je suis un Bouddha , elle me prend pour un névrosé"
ardjopa

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par ardjopa » jeu. 27 déc. 2012 21:35

Dans la forêt,
son esprit
dans la rosée de l'herbe du matin
une étoile scintillante, un rubis
à sa cheville
blanc comme un lys
sur la Croix
Sur la pierre d'église
Le bouquet de la mariée
Jesus pleure encore
ardjopa

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par ardjopa » jeu. 27 déc. 2012 21:41

Au sentier marin
Un yogi libre comme l'air
Bouddha lui sourit
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13156
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par ted » dim. 24 déc. 2017 04:11

Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
Longchen
Lion
Lion
Messages : 1310
Inscription : jeu. 15 avr. 2010 11:25

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par Longchen » dim. 24 déc. 2017 08:31

Noël est une fête chrétienne mais à l'heure actuelle je pense que pour la plupart des gens c'est une fête laïque et même "marchande" ; enfin je crois, car on entend dire que les églises ont du mal à se remplir.

De mon côté je n'ai jamais été à l'église pour Noël étant enfant et c'était essentiellement une réunion familiale, un sapin décoré, le père noël et les cadeaux. Rien de réellement religieux, ou en arrière plan un peu lointain ; je ne crois pas que cela constitue un obstacle par rapport au bouddhisme.
Si l'on est issu d'une famille catholique très pratiquante les souvenirs peuvent être différents, mais il est possible aussi que les enfants deviennent des adultes catholiques pratiquants dans ces cas là, ou bien athées s'il y a un rejet de la religion dans laquelle ils ont grandi, pas nécessairement bouddhistes, même si c'est possible.
Avatar de l’utilisateur
davi
Cheval
Cheval
Messages : 809
Inscription : dim. 28 févr. 2016 11:38

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par davi » dim. 24 déc. 2017 10:20

Noël n'est pas une fête chrétienne à l'origine, donc on peut très bien la célébrer sans avoir l'impression d'être récupéré; il faut simplement ne pas mettre de crèche au pied du sapin pour les allergiques (dont je ne fait pas partie) :
Noël est une fête d'origine romaine célébrée chaque année, majoritairement dans la nuit du 24 au 25 décembre ainsi que le 25 toute la journée. En tant que fête chrétienne, elle commémore la naissance de Jésus de Nazareth. Avant la christianisation de l'Occident, elle était appelée Dies Natalis Solis Invicti et correspondait au jour de naissance de Sol Invictus. La date du 25 décembre a été fixée comme grande fête du soleil invaincu (Sol Invictus) par l'empereur romain Aurélien1 qui choisit ainsi comme date le lendemain de la fin des Saturnales mais qui correspond aussi au jour de naissance de la divinité solaire Mithra2. Aurélien souhaite en effet unifier religieusement l'empire3,4,5, en choisissant cette date il contente les adeptes de Sol Invictus et du culte de Mithra tout en plaçant la fête dans la continuité des festivités traditionnelles romaines.

La célébration de Noël en tant que jour de naissance de Jésus de Nazareth a conduit à la christianisation progressive de ce « Noël païen »6,7,8. La première mention d'une célébration chrétienne à la date du 25 décembre a lieu à Rome en 3367. Le christianisme s'ajoute ainsi à la liste des religions rendant un culte à Noël. À la suite de l'édit de Thessalonique interdisant les cultes païens, la fête de Noël (du latin Natalis) devient même exclusivement chrétienne9. Après la chute de l'Empire romain d'Occident, la fête de Yule est remplacée de la même manière lors de la christianisation des peuples germains et scandinaves. Noël devient une des fêtes chrétiennes les plus importantes durant la période médiévale et est diffusée dans le reste du monde lors de la colonisation et de l'occidentalisation contemporaine. Néanmoins, sa célébration n'étant pas exigée par des sources bibliques et conservant toujours de nombreux éléments païens, elle est rejetée par les groupes chrétiens les plus radicaux10,11,12.

Aujourd'hui, la fête de Noël s'est fortement sécularisée et n'est plus nécessairement célébrée comme une fête religieuse. Le jour de Noël est férié dans de nombreux pays ce qui permet le regroupement familial autour d'un repas festif et l'échange de cadeaux. Le second jour de Noël (26 décembre) est également un jour férié dans plusieurs pays du nord de l'Europe (Pologne, Royaume-Uni, Pays-Bas, pays scandinaves) ainsi qu'en France, dans les trois départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle13. Cela permet également la participation aux messes de Noël pour ceux qui célèbrent la fête sous sa forme religieuse. Après Pâques, Noël est en effet la deuxième fête la plus importante du calendrier liturgique chrétien. Noël est une des trois Nativités célébrées par l'Église catholique, les deux autres étant celle de Jean le Baptiste, le 24 juin, et celle de Marie, le 8 septembre14.

La période entourant Noël est appelée « temps des fêtes » au Canada francophone et « fêtes de fin d'année » (ou plus simplement « les fêtes ») en Europe quand on y inclut les célébrations du Nouvel An15. Depuis le milieu du xxe siècle, cette période perd son aspect chrétien tout en maintenant vivante la tradition de la fête. Dans cet esprit, Noël prend une connotation folklorique, conservant le regroupement des cellules familiales autour d'un repas et l'échange de cadeaux autour du sapin traditionnel. Hors des foyers elle donne lieu à l'illumination des rues, maisons et magasins et à l'organisation de marchés de Noël. C'est également une période importante sur le plan commercial.

https://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABl
S'indigner, s'irriter, perdre patience, se mettre en colère, oui, dans certains cas ce serait mérité. Mais ce qui serait encore plus mérité, ce serait d'entrer en compassion.
Le Bouddhisme Le sutra du coeur603.WMA
Avatar de l’utilisateur
tirru...
Team RB
Team RB
Messages : 3905
Inscription : lun. 7 juin 2004 18:30

Re: Regard bouddhiste sur Noël

Message non lu par tirru... » dim. 24 déc. 2017 12:02

Bonjour,
davi a écrit :
dim. 24 déc. 2017 10:20
La date du 25 décembre a été fixée comme grande fête du soleil invaincu (Sol Invictus) par l'empereur romain Aurélien1 qui choisit ainsi comme date le lendemain de la fin des Saturnales mais qui correspond aussi au jour de naissance de la divinité solaire Mithra. Aurélien souhaite en effet unifier religieusement l'empire3,4,5, en choisissant cette date il contente les adeptes de Sol Invictus et du culte de Mithra tout en plaçant la fête dans la continuité des festivités traditionnelles romaines.
Il serait peut être utile de rappeler que les célébrations de fin d'années dans les différentes cultures sont en rapport avec un événement astronomique ou solstice :
wikipedia/Solstice a écrit :Le solstice est un événement astronomique qui se produit lorsque la position apparente du Soleil vu de la Terre atteint son extrême méridional ou septentrional en fonction du plan de l'équateur céleste ou terrestre. Il s'oppose ainsi à l'équinoxe, qui se produit lorsque la position apparente du Soleil est située sur l'équateur céleste. Tandis que les équinoxes se caractérisent par une durée égale entre le jour et la nuit1, les solstices correspondent à une durée de jour minimale (en décembre, dans l’hémisphère nord) ou maximale (en juin, dans l'hémisphère nord).

Par extension, les solstices désignent les jours de l'année pendant lesquels ces événements astronomiques se produisent. Les jours avoisinant le solstice d'été sont les plus longs de l'année, tandis que ceux proches du solstice d'hiver sont les plus courts de l'année2. La date des solstices correspond au début de l'été ou de l'hiver astronomique.
Ainsi la célébration de la naissance de la déesse solaire Mithra ou de Jésus sont calqués sur un événement astronomique, créant ainsi une correspondance avec les mouvements des astres et leur répercussions à la fois sur la nature mais aussi sur la psyché. La portée symbolique n'est bien entendu pas négligeable. Les jours s'allongent à partir du 21 décembre et cela représente de toute évidence la victoire de jour sur la nuit, de la lumière sur les ténèbres. Plusieurs civilisations de part leurs connaissances en astronomie et ces cycles utilisaient ces correspondances pour amplifier la croyance de leurs peuples en tel ou tel dieu, comme par exemple le savoir qui consiste à prévoir les éclipses utilisé pour faire croire au gens qui ne connaissent rien à l'astronomie que le roi ou le religieux était en lien direct avec la divinité solaire et que grâce à lui le soleil etait revenu après s'être éclipsé ! La valeur rituel de se passage synchronisé sur un événement astronomique pour ne pas dire cosmique est loin négligeable et permet une sorte de réactualisation du temps et de façon général la connaissance des cycles de la nature et des astres a permis à l'homme de mieux appréhender les éventements à venir :
Mircéa Eliade a écrit :Puisque le Nouvel An est une réactualisation de la cosmogonie, il implique la reprise du Temps à son commencement, c’est-à-dire la restauration du Temps primordial, du Temps « pur », celui qui existait au moment de la Création. Pour cette raison, à l’occasion du Nouvel An, on procède à des « purifications » et à l’expulsion des pêchés, des démons ou simplement d’un bouc émissaire. Car il ne s’agit pas seulement de la cessation effective d’un certain intervalle temporel et du début d’un autre intervalle (comme s’imagine, par exemple, un homme moderne) mais aussi de l’abolition de l’année passée et du temps écoulé. Tel est, d’ailleurs, le sens des purifications rituelles : une combustion, une annulation des péchés et des fautes de l’individu et de la communauté dans son ensemble, et non une simple « purification »
jap_8
Image Sabba danam dhammadanam jinati - Le don du Dhamma surpasse tout autre don ImageDhammapada
Répondre

Revenir à « Bouddhisme en général »