Attention & conceptualisation ?

Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13176
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Attention & conceptualisation ?

Message non lu par ted » ven. 29 déc. 2017 18:50

tirru... a écrit :
ven. 29 déc. 2017 15:51
Bonjour Ted,
ted a écrit :
ven. 29 déc. 2017 02:13
Quand je commence à taper un message, je ne sais pas ce que je vais écrire. Je ne dis pas ça pour me faire mousser ou quoi mais parce que c'est vrai. :???: Je dis ça pour ceux qui imaginerait que j'entretiens de l'aversion envers eux ou que je peaufine des répliques la nuit.
Dois-je en conclure, que tu crois que mon message s'adressait a toi ?
Mais non, bien sur. :D
Je faisais allusion à une réflexion de Zopa...
:)
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13176
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Attention & conceptualisation ?

Message non lu par ted » ven. 29 déc. 2017 19:08

tirru... a écrit :
ven. 29 déc. 2017 17:13
A propos des kilesas Maitre wiki dit :
Le Visuddhimagga distingue dix souillures de l'esprit (termes pālis) :
  • la convoitise (lobha),
  • la haine, l'aversion (dosa),
  • l'égarement (moha),
  • l'orgueil (māna),
  • la spéculation (diṭṭhi),
  • le doute sceptique (vicikicchā),
  • la torpeur mentale (thīna),
  • l'agitation (uddacca),
  • l'impudeur (ahirika),
  • l'absence de crainte morale ou inconscience (anottappa).
Les trois poisons (lobha, dosa, moha) sont les racines karmiquement mauvaises (akusala-mūla) qui conduisent à dukkha.
Si ce forum en est exempt, j'aimerais bien savoir comment le mesurer ?
Un forum ne peut pas avoir de kilesas. Ce n'est pas une combinaison psycho-physique. Le forum n'a pas un esprit ni un comportement autonome.

Quant aux membres du forum, ils sont ce qu'ils sont, avec leurs qualités, leurs défauts, leurs peurs, leurs doutes.
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
tirru...
Team RB
Team RB
Messages : 3921
Inscription : lun. 7 juin 2004 18:30

Re: Attention & conceptualisation ?

Message non lu par tirru... » ven. 29 déc. 2017 21:48

Ce n’est pas grave Ted, je vais mettre tes incohérences sur le compte des changements de solstices ! :D
Image Sabba danam dhammadanam jinati - Le don du Dhamma surpasse tout autre don ImageDhammapada
Avatar de l’utilisateur
axiste
Team RB
Team RB
Messages : 7279
Inscription : ven. 9 mai 2008 04:39

Re: Attention & conceptualisation ?

Message non lu par axiste » ven. 29 déc. 2017 22:57

Ted a écrit
Quand je commence à taper un message, je ne sais pas ce que je vais écrire
Bah, c'est pas toi qui écrit en fait...je le savais ! crysmiley
Penser est linéaire. Donc quand on pense, on ne peut penser qu’un mot à la fois. Et puis on se crée soi-même à travers la pensée. Et on met une étiquette sur tout. On s’attache et on se limite sans cesse pour se conformer aux circonstances et aux habitudes. Par contre, la conscience intuitive n’est ni mentale ni verbale ; c’est un acte d’attention imminente. Cela ne paraît peut-être pas grand-chose, mais, en réalité, cela inclut tout, englobe tout. L’attention intuitive ne porte aucun jugement, elle est réceptive, intelligente, elle a du discernement et elle n’est pas le produit de l’ignorance. Ce n’est pas une création personnelle
.
http://portail-dhamma.com/entretien-sur-le-dhamma
Quiconque par de bonnes actions couvre le mal fait, celui-là illumine le monde comme la lune hors des nuages.
Dhammapada
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Feuille de la Bodhi
Feuille de la Bodhi
Messages : 119
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Attention & conceptualisation ?

Message non lu par ShraWaKa » lun. 8 janv. 2018 20:30

Une tentative de clarification en forme de synthèse largement plagiée sur les enseignements audio du Vénérable Akincano que je vous recommande vivement.

Lorsqu'on évoque Sati, on parle de cette qualité utilisée dans les pratiques d'Anapanasati et Satipatthana.
En Français, on s'appuie souvent sur les termes, pleine conscience, vigilance, présence d'esprit, attention, sens de référence qui sont tous exactes mais réductionnistes…
Le mot originel provient de la langue védique dans laquelle, il signifiait, récollection ou souvenir.
Sati est parfois utilisé en ce sens restreint dans la culture bouddhiste, mais comme souvent le Bouddha à redéfini le terme afin d'en élargir la définition.

Sati, est le continuum éthiquement neutre dans lequel se déploient tous les événements de nos sens.
C'est au travers de Sati que nous sommes conscient que quelque choses se passe.
En l'absence de Sati notre esprit ne peut pas fonctionner.

La fonction fondamentale de Sati est d'apporter et rassembler les contacts qui apparaissent dans notre sphère sensorielle et de les placer devant notre 'œil intérieur'.
Sati possède également la faculté de pouvoir accompagner le mouvement d'un contact grâce à un phénomène de persistance ou résonance qui s'adapte à l'objet observé.
C'est au travers de ce mimétisme que Sati peut se développer et s'affiner en observant des objets de plus en plus subtiles.

Par ailleurs Sati n'est pas exclusive et permet aussi de balayer nos différents sens, elle a une qualité de mobilité et reste ouverte
(contrairement à la concentration de Samadhi qui se focalise et s'absorbe dans un objet unique à l’exclusion des autres).

C'est au travers de la pratique de Satipatthana que Sati va pouvoir être développée afin d’accéder à la vision pénétrante Vipassana.

Vipassana est la vision claire et directe des phénomènes, elle permettra de réaliser que notre mental conditionné déforme la réalité.
Pourquoi déforme ? parce que le processus cognitif qui élabore notre représentation du monde, mélange sournoisement la perception directe des sens avec un peu notre mémoire et de notre jugement, ce qui alimente l'illusion de l'ego.

Concrètement dans la méditation quand on pensera observer, par exemple, le mouvement de l'abdomen, on aura naturellement tendance à observer sa forme extérieure, se représentant plus ou moins inconsciemment son contour, ayant parfois recours à des planches anatomiques subliminales, bref des concepts.
Alors que la vision utile à la libération nécessite qu'on s'en tienne à une contemplation plus directe comme la tension, le relâchement, la fluidité du mouvement de l'abdomen et la manière dont ces contacts influent sur notre sphère sensorielle.

La réflexion est identique avec les enseignements qu'on a mémorisé.
Dans un mécanisme inconscient, on cherche trop à vouloir relier l'expérience du moment avec ce qui serait supposé être.
On se remémore plus ou moins consciemment les instructions, on échafaude sur les perceptions que l'on vient d'expérimenter, décollant imperceptiblement notre esprit de la réalité…
Alors qu'il est juste nécessaire de demeurer intensément dans l'instant présent et d'observer de la manière la plus attentive et la plus continue possible, sans conceptualiser...

flower_mid
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Feuille de la Bodhi
Feuille de la Bodhi
Messages : 119
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Attention & conceptualisation ?

Message non lu par ShraWaKa » mer. 10 janv. 2018 19:10

La proprioception (formé de proprio-, tiré du latin proprius, « propre », et de [ré]ception) ou sensibilité profonde désigne la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps. Elle fonctionne grâce à de nombreux récepteurs musculaires et ligamentaires, et aux voies et centres nerveux impliqués. La proprioception fait partie de la somesthésie. On emploie aussi le mot kinesthésie, avec un sens parfois légèrement différent.

La somesthésie désigne un ensemble de différentes sensations (pression, chaleur, douleur...) qui proviennent de plusieurs régions du corps (peau, tendons, articulations, viscères…). Ces sensations sont élaborées à partir des informations fournies par de nombreux récepteurs sensitifs du système somatosensoriel, situés dans les tissus de l'organisme (mécanorécepteurs du derme et des viscères, fuseaux neuromusculaires des muscles, fuseaux neurotendineux des tendons, plexus de la racine des poils…).
Source Maître Wiki

Un complément important concernant la perception des sensations corporelles qui n'est pas toujours clairement abordé dans les enseignements.

Il y a en nous une fonction naturelle permettant de localiser plus ou moins consciemment les différentes parties du corps, qu'on appelle proprioception.

Il est utile de comprendre que cette capacité de proprioception est en soit une 'conceptualisation' car elle contribue à la représentation mentale du corps.

Dans la pratique de satipatthana, il faut donc réussir à se dissocier de la proprioception pour demeurer seulement dans une contemplation directe de la sensation somesthésique.

C'est pourquoi il faut trouver un subtil équilibre entre samatha et vipassana pour réussir cette observation.

Samatha permet de demeurer solidement dans une sphère de perception 'sans forme' et satipatthana permet d'orienter le regard uniquement sur le contact sensoriel.
flower_mid
Répondre

Revenir à « Méditation & pratique »