Le véritable développement spirituel

Avatar de l’utilisateur
longchen2
Oiseau
Oiseau
Messages : 572
Inscription : lun. 27 mai 2013 07:46

Le véritable développement spirituel

Message non lu par longchen2 » mer. 30 avr. 2014 07:29

" Le pratiquant peut s’imaginer en progression spirituelle alors que le véritable développement spirituel fait défaut.
Par exemple, si nous sommes faibles ou subissons des troubles énergétiques, si nous sommes dépressifs ou restons
attachés à une identité fragile, nous deviendrons des proies faciles pour les influences externes négatives et pour
les confusions internes. Dans ces moments-là, penser que nous accomplissons une pratique très élevée, comme le
Dzogchen, ne sera probablement pas très utile. Si nous prétendons accomplir une pratique supérieure mais qu’il y
a aucun effet positif, nous ne faisons que nous abuser. "

Tenzin Wangyal Rinpoché

FleurDeLotus
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13170
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par ted » mer. 30 avr. 2014 09:16

source ?
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
longchen2
Oiseau
Oiseau
Messages : 572
Inscription : lun. 27 mai 2013 07:46

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par longchen2 » mer. 30 avr. 2014 09:20

Guérir par les formes, l'énergie et la lumière p 72
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13170
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par ted » mer. 30 avr. 2014 10:26

Ok.
Un peu plus bas, il rajoute :
En Occident, tout le monde désire la pratique "suprême", souhait qui indique une mauvaise interprétation de la voie.
C'est peut-être pourquoi les bouddhistes ne font pas de prosélytisme ? Ils n'ont pas de pratique suprême à revendiquer.
Image
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Jean
Roue du Dhamma
Roue du Dhamma
Messages : 2614
Inscription : sam. 27 oct. 2007 16:08
Localisation : Perpignan

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par Jean » mer. 30 avr. 2014 15:26

Pratique suprême, pratique essentielle, pratique secondaire, pratique provisoire et adéquate, voie directe, voie indirecte, auto-libération, transformation, renoncement ou simplification, ou lâcher-prise, voie du corps, du coeur, de l'esprit...

La voie suprême d'une personne peut être la voie secondaire d'une autre et inversement.

Si on voit toutes les pratiques comme des médicaments qui guérissent des 3 poisons et de leurs dérivés caractériels, (C'est une métaphore traditionnelle), le gonflage de l'égo a peu de chances de se produire.

Il suffit de changer le mot pratique par le mot suppositoire.

Je :arrow:
Retraité, entre 2 parties de pétanque, quand j'écris sur Nangpa, je suis assis à la terrasse du Café du Commerce, en short, en tongs et je me permets de discutailler Dharma, sans en avoir l'autorisation, ni les capacités.
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13170
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par ted » jeu. 1 mai 2014 07:07

Donc, il n'y a pas de "véritable" développement spirituel "garanti", si je comprends bien.
Comme dit TWR : "La pratique suprême pour un individu est celle qui est la plus efficace, quel que soit son nom."

La sadhana prend toute son importance :
Par exemple, commencer par le bouddhisme Zen avec des méditations assises, puis, curieux, chercher des réponses dans le vajrayana. Pour ensuite vouloir remonter à la source, comprendre les suttas du premier tour de roue et découvrir les paroles du Bouddha historique (un parcours parmi d'autres). Ce ne sont pas les traditions qui sont incomplètes, mais bien le disciple qui réalise que les pratiques proposées ne lui font pas d'effet, alors que ça marche pour d'autres...

Mais se pose alors la question de la persévérance et de l'exactitude.
C'est à dire : les pratiques ont-elles été effectuées comme indiqué ? Et suffisamment longtemps pour donner un résultat ? Combien se découragent au bout d'une semaine ? :oops: Voire 3 jours de retraite ? :roll: Voire 20 minutes de méditation ? :D :shock:

L'autre jour, j'étais à la poste, et je voyais des gens trépigner et s'impatienter parce que la file d'attente était longue. Certains sont partis. Pourtant, 15 minutes après, on était au niveau du guichet. Mais ces personnes ont choisi de ne pas attendre 15 minutes : elles avaient mieux à faire, ou plus urgent.

Si le "mieux" et le "plus urgent" est une autre pratique bouddhiste plus efficace, tant mieux ! Mais s'il ne s'agit que de l'expression d'un désir contrarié de ne pas avoir "tout", "tout de suite" ! Si c'est un accès d'agacement face à l'effort demandé, on touchera à tout et on n'arrivera jamais nulle part !
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
longchen2
Oiseau
Oiseau
Messages : 572
Inscription : lun. 27 mai 2013 07:46

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par longchen2 » jeu. 1 mai 2014 07:33

Sans doute, sinon la question du choix d’une ou de quelques pratiques qui correspondent doit quand même se poser à un moment ou à un autre car j’ai entendu qu’il ne s’agissait pas d’en changer tout le temps.
Dans le zen c’est une question qui ne se pose pas, et même dans l’enseignement de TWR c’est simplifié car il limite le nombre de pratiques qu’il transmet.

Parmi ce que j’ai entendu:
-Toutes les pratiques sont interconnectées, de ce fait il n’y a pas réellement de séparations entre elles. Donc inutile de se prendre la tête de trop là dessus.

-La pratique à choisir est celle que l’on pourra appliquer de façon intensive (ou avec diligence on va dire) dans sa vie.

-C’est la pratique qui doit nous transformer, pas l’inverse: c’est à dire qu’il vaut mieux éviter de se dire quelque que chose comme « ah oui j’ai pratiqué cela et c’était pas mal, mais je me demande quelle pratique je vais choisir pour cet l’été… »

-Et aussi que la pratique elle-même a la réalité d’un rêve…
FleurDeLotus
Avatar de l’utilisateur
Flocon
Naga
Naga
Messages : 4238
Inscription : mer. 19 mai 2010 06:59

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par Flocon » jeu. 1 mai 2014 07:50

longchen2 a écrit :C’est la pratique qui doit nous transformer, pas l’inverse
Je trouve que c'est un point fondamental : tant qu'on cherche à adapter une pratique à soi-même, le résultat ne dépasse pas celui d'une séance de gymnastique, physique ou intellectuelle (résultat qui peut être excellent, bien sûr :D ). Lorsqu'on commence à laisser se produire le processus inverse, c'est peut-être alors que commence la pratique réelle. C'est du moins mon expérience.
Quand on sonde les choses, les connaissances s'approfondissent.
Les connaissances s'approfondissant, les désirs se purifient.
Les désirs une fois purifiés, le cœur se rectifie.
Le cœur étant rectifié, on peut réformer sa personne.

Kong Tseu
Avatar de l’utilisateur
longchen2
Oiseau
Oiseau
Messages : 572
Inscription : lun. 27 mai 2013 07:46

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par longchen2 » jeu. 1 mai 2014 11:07

Oui c'est vrai.
Je crois qu’il peut être aussi considéré qu’un(e) pratiquant(e) peut avoir des affinités avec une pratique.
Si le ou la pratiquante rencontre des perturbations énergétiques importantes (maladie) il ne me paraît pas inutile de prendre cela en compte dans une pratique ; c'est un peu le propos des pratiques sur les 5 Eléments, voire la pratique du Garuda Rouge (mais je ne sais pas si TWR la transmet encore).

Maintenant peut être aussi que pratiquer le Garuda Rouge peut amener à gonfler l'ego (cela fait "pratique extraordinaire" pour "pratiquant extraordinaire" c'est ce que je veux dire). Enfin c'est à chacun(e) de voir à propos de ces questions.
Butterfly_tenryu
Dernière modification par longchen2 le sam. 3 mai 2014 18:29, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Flocon
Naga
Naga
Messages : 4238
Inscription : mer. 19 mai 2010 06:59

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par Flocon » jeu. 1 mai 2014 11:38

C'est quoi, la pratique du Garuda rouge? L'image est belle : elle ressemble aux diables des peintures chrétiennes et elle me fait aussi un peu penser au Bodhisattva Aizen Myô dans le Shingon. love_3
Quand on sonde les choses, les connaissances s'approfondissent.
Les connaissances s'approfondissant, les désirs se purifient.
Les désirs une fois purifiés, le cœur se rectifie.
Le cœur étant rectifié, on peut réformer sa personne.

Kong Tseu
lausm
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2192
Inscription : mar. 10 févr. 2009 13:14
Localisation : Auvergne
Contact :

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par lausm » jeu. 1 mai 2014 13:02

Voilà qui devrait éclairer sur cette question. C'est un extrait du livre "un ermitage dans la neige", de Vickie Mackenzie, qui raconte son ascèse chez les tibétains. Elle décrit une expérience vécue, qui donc met à bas pas mal de mythes, et explique aussi beaucoup de choses très simplement et clairement. C'était une aventurière de son temps.

Elle parle donc des yogis, les Togdens, dont elle dit que ce sont les seuls qui n'ont pas entretenu une différence de considération du fait qu'elle était une femme.
Elle raconte ceci d'après leur témoignage :

"Ils me racontaient qu'au Tibet, lorsqu'ils étaient choisis pour être Togden, on les emmenait dans des grottes et qu'ils étaient tout excités à la pensée qu'ils allaient devenir yogis. Mais pendant les trois premières années on les enjoignait de ne rien faire d'autre que d'observer leur esprit et de pratiquer la bodhicitta, le pur altruisme. Ils ne faisaient que cette profonde méditation pendant trois années d'affilée! Ils disent que c'est au cours de cette période que leur esprit se transformait. Ensuite, les nombreuses autres pratiques qu'ils effectuaient s'appuyaient entièrement sur ce fondement essentiel. Un jour, l'un d'eux me dit : "tu penses que nous, les yogis, nous faisons des pratiques extraordinaire et ésotériques et que, si tu connaissais ces enseignements, tu pourrais soudainement accomplir des exploits. Laisse-moi te dire que tout ce que je fais t'a été enseigné à toi aussi. La seule différence est que je le mets en pratique et que tu ne le fais pas."
........."si quelqu'un te demande ce que tu as réalisé, répond "rien", parce que comparé à la réalisation des bouddhas, ce n'est rien. Et de toute façon, plus tu progresseras, plus tu prendras conscience qu'il n'y a rien à réaliser."

En gros, ce que ça veut dire, c'est que ce qui importe, c'est d'établir une base saine, forte et solide. Avant d'attaquer le reste.
Pour escalader les hauts sommets, faut établir un camp de base bien organisé, bien pourvu....c'est la partie invisible de l'iceberg. Mais sans celle-ci, on risque de ne pas pouvoir accomplir ce genre de choses.
Sho Butsu Ichi Nyo : le Bouddha et les êtres sensibles sont uns.
Avatar de l’utilisateur
longchen2
Oiseau
Oiseau
Messages : 572
Inscription : lun. 27 mai 2013 07:46

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par longchen2 » jeu. 1 mai 2014 14:15

Flocon a écrit :C'est quoi, la pratique du Garuda rouge?
Précisément je ne le sais pas ; sinon je crois qu’il s’agit d’une pratique de guérison.

Sinon je suis à fait d’accord avec la "base saine forte et solide" qu’évoque Lausm FleurDeLotus jap_8
D’ailleurs j’avais entendu que si la base n’était pas acquise (ce qui inclut la bodhicitta) le reste n’était pas possible.
Butterfly_tenryu
Dernière modification par longchen2 le sam. 3 mai 2014 18:40, modifié 1 fois.
Jean
Roue du Dhamma
Roue du Dhamma
Messages : 2614
Inscription : sam. 27 oct. 2007 16:08
Localisation : Perpignan

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par Jean » jeu. 1 mai 2014 15:05

Il y a deux débats dans ce fil

- L'un est le problème du risque de se gonfler la tête, les chevilles, l'ego parce que l'on est Bouddhiste ou que l'on pratique une pratique spéciale, etc

- L'autre c'est le fait d'avoir recours ou pas à une seule pratique.

Dans le vajrayana, on a recours traditionnellement à plusieurs pratiques . Les méditations des sutras, les méditations des tantras avec au départ un certain nombre de répétitions de certaines pratiques, (les 4 x 100.000, les récitations de 10000 à 1000000 fois de mantras), les méditations sur les nadis, lungs, etc et les pratiques de Mahamoudra ou Dzogchen qui sont faites pendant des retraites. Je parle de la voie progressive. Une fois que le pratiquant s'est familiarisé, a intégré ces pratiques, que ces pratiques font partie de lui, libre à lui de pratiquer suivant les circonstances la pratique qui lui semble adéquate.

Dans le Dzogchen de Ch NN. L'important c'est la présence, ensuite il y a les pratiques secondaires mais avec lesquelles il faut aussi s'être familiarisé avant de pouvoir s'en servir suivant la situation.

C'est comme apprendre à conduire une voiture. D'abord savoir comment freiner, puis démarrer, puis passer les vitesses, faire une marche arrière, etc. Sachant faire cela on peut prendre la route ayant appris le dharma de la route.

Il y a le raisonnement . Pratique l'une après l'autre et le raisonnement "imprégnation". L'apprentissage permet l'intégration qui devient imprégnation. La situation détermine la pratique.

On peut raisonner entre être ouvert et être fermé. Pour s'ouvrir on peut faire un tour de pâté de maison en faisant de profondes respirations, et avec le ressenti correspondant, en récitant un mantra, en récitant les 4 incommensurables, en priant ou en étant assis sur son coussin de méditation et en se laissant faire par l'immobilité de la posture.

Si on est ouvert et plus précisément, plus on a le coeur ouvert, plus on se rapproche de son coeur d'enfant, plus on se rapproche de sa nature de Bouddha. Tous les ouvre boites sont bons à prendre. Il a le changement de conscience dans l'instant présent, il y a l'habitude de ce changement qui s'installe peu à peu, il y a l'imprégnation qui fait que ce changement d'état de conscience fait de plus en plus partie de soi. La pratique spécifique n'est pas si importante que cela, c'est le changement d'état de conscience produit qui est important. Il peut être produit par différentes pratiques du corps, de la parole, du coeur, de l'énergie, de l'esprit.

Inversement si on éprouve un sentiment de joie on peut l'accentuer en chantant "Il y de la joie" ou "Happy" ou "Haré Krishna" ou un mantra pour partager cette joie avec tous les êtres ou pour remercier les Bouddhas, ou on peut réciter les 4 incommensurables ou on peut se recueillir, se reposer, méditer sur ce ressenti de joie.

Dans le judo, on peut avoir une prise "favorite", "spéciale" que l'on a travaillé des centaines, des milliers de fois. mais en compétition, il faut pouvoir la placer. Si on travaillé peut être un peu moins d'autres prises, on peut mieux s'adapter à son adversaire et à la situation. Cependant la judoka ne va pas, en compétition, essayer une prise à laquelle il ne s'est jamais entrainé.

Un moyen habile, une pratique peut être vus comme des outils pour atteindre l'état de conscience illuminée, comme ils peuvent être vus comme l’expression de cet état.

Le mantra OM MANI PADME HUM , Zazen, etc. Des grands Lamas ont réalisé cet état illuminé à travers de nombreuses pratiques pour finir par avoir comme pratique principale le mantra OM MANI PADME HUM que tout nomade illettré connait et pratique. Cf le texte de Patrul Rinpoché : "Le Trésor du coeur des évéillés".

La simple prosternation peut être vue comme une prise de Refuge de quelqu'un qui rentre dans le Bouddhisme comme elle peut être vue comme une activité de Bouddha : "Le Bouddha qui se prosterne devant le Bouddha", "l'univers qui se prosterne devant l'univers"
Retraité, entre 2 parties de pétanque, quand j'écris sur Nangpa, je suis assis à la terrasse du Café du Commerce, en short, en tongs et je me permets de discutailler Dharma, sans en avoir l'autorisation, ni les capacités.
Avatar de l’utilisateur
Flocon
Naga
Naga
Messages : 4238
Inscription : mer. 19 mai 2010 06:59

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par Flocon » ven. 2 mai 2014 07:58

Longchen, merci de ta réponse. J'aime beaucoup le tangka que tu as posté, même sans connaître la pratique qui lui est liée. L'art tibétain en général est puissant et surprenant. :)
Quand on sonde les choses, les connaissances s'approfondissent.
Les connaissances s'approfondissant, les désirs se purifient.
Les désirs une fois purifiés, le cœur se rectifie.
Le cœur étant rectifié, on peut réformer sa personne.

Kong Tseu
Jean
Roue du Dhamma
Roue du Dhamma
Messages : 2614
Inscription : sam. 27 oct. 2007 16:08
Localisation : Perpignan

Re: Le véritable développement spirituel

Message non lu par Jean » mar. 6 mai 2014 00:44

Un maître? Plusieurs maîtres? Maitres de différentes tradition? Une pratique? Plusieurs pratiques? Plusieurs pratiques d'une seule tradition? Plusieurs pratiques issues de différentes traditions?

Retraité, entre 2 parties de pétanque, quand j'écris sur Nangpa, je suis assis à la terrasse du Café du Commerce, en short, en tongs et je me permets de discutailler Dharma, sans en avoir l'autorisation, ni les capacités.
Répondre

Revenir à « Citations & images »