Peter Fenner : le travail non-duel et la contemplation

lausm
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2194
Inscription : mar. 10 févr. 2009 13:14
Localisation : Auvergne
Contact :

Peter Fenner : le travail non-duel et la contemplation

Message non lu par lausm » lun. 1 juil. 2013 13:55

Un autre extrait de l'ouvrage : « l'esprit lumineux », de Peter Fenner.
J'espère que ça vous apportera des éclaircissements, en tous cas un point de vue toujours très intéressant sur la pratique de méditation que nous pouvons avoir.


Le travail non-duel et la contemplation.

Lorsque nous sentons que « quelque chose manque », un bon nombre de traditions spirituelles nous suggèrent de méditer, à la fois pour travailler avec les sensations inconfortables au fur et à mesure qu'elles se présentent et aussi pour réduire les problèmes et insatisfactions de notre vie d'une façon générale. Dans l'approche non-duelle, au contraire, le seul but de la contemplation ou de la méditation-j'utilise ces deux mots de façon interchangeable-est de créer les circonstances et les conditions nous permettant d'accéder à l'expérience qu' »il n'y a rien de plus que nous ayons besoin de faire », et de l'approfondir. Dans ce sens, la contemplation ne se borne pas à s'asseoir en silence vingt minutes par jour. Elle s'applique à tout ce que nous faisons. Nous pouvons être dans un état de contemplation avec les yeux ouverts ou fermés, assis ou debout, seul aussi bien qu'en interaction avec autrui.
Dans les chapitres suivants, nous examinerons la contemplation en tant qu'état qui va au-delà de la pratique, en tant que prise de conscience de la structure plus profonde de notre conditionnement, et en tant que pratique que l'on peut prendre et laisser (ces 3 étapes sont détaillées plus loin dans l'ouvrage). Nous verrons également comment ces trois aspects sont intimement liés les uns aux autres. Ainsi, nous examinerons la contemplation en tant que pratique spécifique, mais nous verrons également comment elle est en lien avec la conscience inconditionnée et avec le contexte plus large de nos vies.
L'un des paradoxes de l'approche non-duelle est que la conscience inconditionnée est indépendante d'une pratique contemplative structurée et cependant, au moins au départ, on peut y accéder plus facilement dans le cadre restreint d'un espace de contemplation. Des centaines de milliers de personnes depuis au moins trois millénaires, ont fait face au même paradoxe. Par conséquent, l'argument habituel selon lequel il y a une contradiction à parler de conditions optimales dans le contexte d'une approche non-duelle vers le bien-être sous prétexte que cette expérience elle-même est inconditionnée, est à la fois vrai et faux.
A notre stade actuel d'évolution, la présence de certaines conditions-retraites, satsangs, méditations, enseignements-favorise l'expérience de la conscience inconditionnée. En dehors de ces conditions propices, il nous est en général plus difficile d'y demeurer. Il est bien sûr possible de rencontrer des difficultés à y rester même dans un environnement favorable, mais c'est tout de même beaucoup plus facile quand les conditions adverses ont été écartées. Et il est évident qu'il nous est difficile d'accéder à la conscience inconditionnée lorsque nous sommes soumis à des émotions intenses, à la pression d'une échéance proche ou à un inconfort physique important.
Sho Butsu Ichi Nyo : le Bouddha et les êtres sensibles sont uns.
Jean
Roue du Dhamma
Roue du Dhamma
Messages : 2614
Inscription : sam. 27 oct. 2007 16:08
Localisation : Perpignan

Re: Peter Fenner : le travail non-duel et la contemplation

Message non lu par Jean » mer. 3 juil. 2013 04:53

Je trouve que c'est une très bonne analyse et que c'est très bien exprimé.

Merci lausm

FleurDeLotus
Retraité, entre 2 parties de pétanque, quand j'écris sur Nangpa, je suis assis à la terrasse du Café du Commerce, en short, en tongs et je me permets de discutailler Dharma, sans en avoir l'autorisation, ni les capacités.
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13176
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Peter Fenner : le travail non-duel et la contemplation

Message non lu par ted » ven. 5 juil. 2013 14:16

Et il est évident qu'il nous est difficile d'accéder à la conscience inconditionnée lorsque nous sommes soumis à des émotions intenses, à la pression d'une échéance proche ou à un inconfort physique important.
J'ai bien fait de soigner ma dent et de garder mon vieux canapé en cuir alors ? :D
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Répondre

Revenir à « Citations & images »