Peter Fenner : la libération naturelle

tongra
Oiseau
Oiseau
Messages : 669
Inscription : ven. 8 déc. 2006 18:46

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par tongra » dim. 26 janv. 2014 00:02

"Mise en pratique" ??? :shock:

:lol:
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13176
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par ted » dim. 26 janv. 2014 01:17

Ca fait 10 ans que je m'intéresse au dzogchen si t'es pas au courant.
J'ai même suivi chepa dorje un bout de temps sur Paris.
Ca t'épate, Super Tongra ! :D

Ton air choqué et tes ricanements sont indignes d'un gus qui se prétend plongé dans l'état naturel ! :mrgreen:
mais bon... enfin... :D
Bref
Ah la la
:roll: :)
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
tongra
Oiseau
Oiseau
Messages : 669
Inscription : ven. 8 déc. 2006 18:46

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par tongra » dim. 26 janv. 2014 09:25

Non, non je ne doute pas de tes capacités ni de ton parcours dzogchen. Je m'étonnais juste de l'application sur 6 mois, de l'expérimentation de "l'approche Fenner" et d'en arriver à la conclusion lapidaire qu'il y a risque de se fourvoyer dans des impasses subtiles et que les dhyanas sont une voie bien plus sûre. Ce n'est qu'un échange , j'espère.
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13176
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par ted » dim. 26 janv. 2014 10:36

tongra a écrit :Non, non je ne doute pas de tes capacités ni de ton parcours dzogchen. Je m'étonnais juste de l'application sur 6 mois, de l'expérimentation de "l'approche Fenner" et d'en arriver à la conclusion lapidaire qu'il y a risque de se fourvoyer dans des impasses subtiles et que les dhyanas sont une voie bien plus sûre. Ce n'est qu'un échange , j'espère.
Je te taquine... :) Pour te faire réagir un peu aussi... parce que je trouve bien qu'on parle de Fenner et du Dzogchen. Même si je suis un pratiquant de merde, électron libre, touche à tout, le dzogchen a quand même changé ma vie. Changé complètement ma vision du monde. J'aurai toujours une reconnaissance profonde envers les tibétains ne serait-ce que pour ce merveilleux enseignement. Là, je suis en train de relire "La liberté naturelle de l'esprit" de Longchenpa.

Fenner, j'ai fait que lire son livre et tenter d'appliquer quelques uns de ses conseils. En fait, j'ai rien fait. Ya rien à faire.
Ya juste à ne pas être distrait et rester dans la présence.
Or, c'est ce que je faisais déjà
Présence qui n'est pas l'alaya ni un samatha à deux balles comme disait quelqu'un ici :D
Ensuite, pratiquer les jhanas ou le taoïsme, quelle importance si tout baigne ? On peut même essayer de dire des gros mots sans sortir de la présence. Mais l'enfer est sous nos pieds hein ?

Donc, vu que je ne suis pas dans le circuit des braves, avec pièces spéciales et fenêtres décalées...
Vu que j'ai un coté Adjorpa, doublé d'un laïc et qu'on ne me fera pas prendre un maître qui m'obligera à apprendre sa langue natale...
Vu que certains pratiquants sont d'une arrogance (pas toi Tongra, mais tu dois bien en connaître),
il faut bien que j'assure avant de me réveiller à poil...
Je sens bien qu'il se passe des choses dans mon dos. Quelque chose qui suit son cours tout seul. Comme une sorte de pression... Mais j'y comprends rien... Ou je ne veux pas comprendre... ce qui revient au même pour la personnalité de surface, qui est la seule qui se pose des questions vu qu'elle a que ça à foutre.
Et comme il faut bien l'occuper puisqu'elle a du carburant à brûler, je proposais de lui faire suivre tranquillement la voie progressive histoire qu'elle me fiche la paix quelques temps. Faut toujours occuper les enfants... Quoiqu'ils fassent, leur croissance est en marche. Autant leur donner des jouets pour avoir la paix...

Je ne veux pas avoir l'impression de donner un avis sur Fenner sans jamais avoir fait :
- d'Atelier Expérientiel
- de Cours Radiant Mind
- de Natural Awakening
- d'Advanced Nondual Training
:oops:
Pardon :arrow: :D

J'ai pas les moyens d'aller prendre des cours en Australie, ni de m'inscrire à de coûteuses sessions de coaching.
Si PF est dans l'état naturel en permanence, il fait bien ce qu'il veut de son temps. Il l'a bien mérité avec tous ces maîtres prestigieux qui l'ont instruit : Sa Sainteté le Dalaï-Lama, Lama Thubten Yeshe, Lama Zopa Rinpoché, Lama Sogyal Rinpoché, Namkhaï Norbu.

Ca me fait penser un peu à Polytechnique dont on est fier de sortir en disant qu'on a eu comme profs des anciens présidents de la République.

Je dirais aux gens : Lisez les deux bouquins (celui de Longchenpa et celui de Fenner). Allez à des ateliers de PF si vous en avez les moyens. Sinon, trouvez un lama qui vous expliquera ça. Et puis, si ça vous plait, lancez-vous... Mais bon, dans les deux cas, ça m'a l'air d'être un peu le parcours du combattant. :cool:
Mais si c'est pour finir comme S.., à radoter sur un forum :) en critiquant gentiment d'autres forums trop new age ou trop sévères, alors, vive la voie progressive... <<metta>>

Image

Et puis, j'ai du mal avec les gana puja. Toute cette chair morte !
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Avatar de l’utilisateur
Dharmadhatu
Team RB
Team RB
Messages : 5677
Inscription : mer. 2 juil. 2008 17:07
Localisation : Akaniṣṭha
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Dharmadhatu » dim. 26 janv. 2014 11:09

ba11 Après tout, pas besoin de sortir de Polytechnique pour reconnaître rigpa fi-fille. C'est pas si évident, ok, il faut de bonnes dispositions, un super Maître (ou plusieurs) issu d'une lignée authentique, envers qui on a une confiance en acier trempé, et tout et tout, mais ce n'est pas non plus un impossible exploit.

Je me souviens quand j'étais encore plus psycho-rigide que maintenant et que je pensais que seul le Vajrayana pouvait permettre de reconnaître le bébé. N'importe nawak ! :lol:

Je vois donc tout à fait ce que tu veux dire, Ted, quand tu parles d'arrogance. Je me suis un jour dit pour éviter de rester dans ce travers que je pratiquais finalement le Mahamudra, c'est plus doux (alors qu'en fait c'est exactement le même bébé, si on est ok pour parler de rigpa'i tsel).

Y en a pour qui le Mahamudra ne suffit plus, qu'il faut pratiquer le sacro-saint Dzogchen, parce que c'est le top, mais en fait, tout ça c'est kif kif bourricot, même le kensho du zen, j'en suis persuadé.

Faut ouvrir, ouvrir, et encore ouvrir, sinon on étouffe dans ses Maha-catégories et on a plus qu'à retourner d'où on est venu, en-deçà de toutes ces cases infranchissables parce qu'infranchies à cause de simples noms. Alors voyons voir, c'est quoi un nom, c'est quoi un concept ? c'est quoi un mantra prononcé dans sa tête ? Rien d'autre que de la géométrie sur la surface du lac. Si ceux qui disent pratiquer le Maha-Ati trouvent autre chose, j'aimerais bien savoir quoi ! ;-)

FleurDeLotus
Puisqu'il n'est rien qui ne soit dépendant,
Il n'est rien qui ne soit vide.

Arya Nagarjuna (Madhyamakashastra, XXIV, 19).
Jean
Roue du Dhamma
Roue du Dhamma
Messages : 2614
Inscription : sam. 27 oct. 2007 16:08
Localisation : Perpignan

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Jean » dim. 26 janv. 2014 13:05

J'aime bien l’expression retrouver le visage que l'on avait avant sa naissance, retrouver sa véritable nature.

On n'implique pas le Bouddha comme dans l’expression "retrouver sa nature de Bouddha". On lui fout la paix. Il a payé son dû.

Quand je pratiquais Zazen, "Les voeux du Mahamoudra" pour moi, c'était le meilleur texte de Zen

Il s'est avéré ensuite que c'était un mélange de Mahamoudra et de Dzogchen. Tant mieux! 2 pour le prix d'un!

Quand j'ai écouté pour la première fois "Dawa Gyaltsen", J'ai trouvé cela encore plus simple. 5 phases bien distinctes. 5 marches à monter ou à descendre

et puis quand j'ai écouté le "Refuge Intérieur" encore, encore plus simple. 3 Phases bien distinctes

En plus avec l'habitude et dans les bons jours, on peut sauter toutes les marches.

En plus l'étape du calme correspond à la stabilité et à l'ancrage de la posture et du hara. Je retrouvais le bon vieux Zazen. Et dans ces deux enseignements aucun mot sanscrit ou Tibétain pour provoquer une sorte d'érection intellectuelle!

En plus j'adore le "Refuge intérieur" car un débutant peut dés le départ expérimenter un petit calme, un petit silence, un petit espace. Il peut tout de suite faire Ouf! Et avec le temps et la pratique, le petit poisson deviendra grand et l'ancien débutant peut, comme Mr Jourdain, pratiquer le Dzogchen "sans le savoir", "à l'insu de son plein gré". Sans avoir l'esprit pollué par ce concept, sans se gargariser avec, sans érection (ce qui, il est vrai, à partir d'un certain âge peut être regretté). youpi_333
Dernière modification par Jean le dim. 26 janv. 2014 13:09, modifié 1 fois.
Retraité, entre 2 parties de pétanque, quand j'écris sur Nangpa, je suis assis à la terrasse du Café du Commerce, en short, en tongs et je me permets de discutailler Dharma, sans en avoir l'autorisation, ni les capacités.
tongra
Oiseau
Oiseau
Messages : 669
Inscription : ven. 8 déc. 2006 18:46

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par tongra » dim. 26 janv. 2014 13:17

Hi vous trois !

Ma référence c'est ChNN et qu'est-ce qu'il répète à l'envie ? Une fois l'ID effectuée, les doutes dissipés, la reconnaissance va se stabiliser et il n'y a qu'à y demeurer. Simplement maintenir le Guru Yoga qui est de retremper dans la véritable nature, quand on s'en croit éloigné, et maintenir avec légèreté la présence.

Fenner idem, avec lui c'est plus la version laboratoire, l'exploration du goût que ça a, l'exploration des croyances qui nous en éloignent et leur dissipation par le retour à la maison, l'exploration des voies par lesquelles nous tentons/voulons constamment revenir à ce que nous connaissons : l'expérience conditionnée alors qu'elle est source de souffrance car en-même temps nous la rejetons ; Et pour finir une multitude de pistes pour baigner à nouveau dans l'ouverture inconditionnée et la laisser s'infuser dans tous les niveaux de notre existence : j'ai nommé le quotidien ! Et le must : le partage et apprendre à partager cet espace inconditionné en usant d'outils et de stratégies très fins.

Tout un programme pour faire le rien à faire. C'est un peu faire pour ne rien avoir à faire. Et ça ce n'est pas pénible !
Jean
Roue du Dhamma
Roue du Dhamma
Messages : 2614
Inscription : sam. 27 oct. 2007 16:08
Localisation : Perpignan

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Jean » dim. 26 janv. 2014 13:20

PS Je n'ai rien contre PF. Son enseignement est un bon enseignement et doit convenir parfaitement à certains qui apprécient Krisnamurti ou Eckhart Tolle.

J'ai un ami qui souffre d'un cancer des os. Il aime Krismamurti, Eckhart Tolle, Thich Naht Hanh, il pratique depuis longtemps la méditation, le Tai Chi et il assure au milieu de la souffrance et de la future issue inévitable.

Je lui ai d'ailleurs donné le nom de Peter Fenner, je suis sûr qu'il appréciera aussi ce type d'enseignement.

Re PS : Mea culpa, mea maxima culpa, moi aussi je me suis bien gargariser avec certains mots. Quand au reste, la pudeur...

L'important est de renter dans le Dharma et on évolue, la pratique est de plus essentielle. Je pensais à Lou Reed, au départ il faisait un Rock de caniveau : drogues dures, prostitué(e)s, travestis, etc, puis il est rentré dans le Dharma, a rencontré des maitres et il est mort en pratiquant Powa.

Tant qu'on pratique, tous les espoirs sont permis. Mais il est vrai que l'on passe parfois par d'étranges phases...

Tenir compte des affinités de chacun, reconnaitre que toute personne est différente et est en évolution est important.

Personnellement je n'ai jamais accroché avec lama Zopa ou ChNN par contre avec Shunryu Suzuki, TNH, Lama Yéshé, Tenzin Wangyal , no problem.
Dernière modification par Jean le dim. 26 janv. 2014 13:55, modifié 2 fois.
Retraité, entre 2 parties de pétanque, quand j'écris sur Nangpa, je suis assis à la terrasse du Café du Commerce, en short, en tongs et je me permets de discutailler Dharma, sans en avoir l'autorisation, ni les capacités.
Freelion

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Freelion » dim. 26 janv. 2014 13:37

à Ted, pour ma part, "je te soutiens" dans ta démarche "laique", électron libre" etc :mrgreen:
Je n'ai rien contre ceux qui suivent des "cursus, formations et "maitres" agrées de la FNB (federation nationale bouddhiste, que je viens d'inventer façon de parler), mais pour moi toutes ces écoles, véhicules, traditionnels ou pas, honnêtes (ou pas), n'ont pas le monopole ni la détention de la "vérité", et c'est même parfois l'inverse; Enfermant plutôt les esprits derrière des "idéologies", dépendances, des dogmes ou façons de penser;
"L'esprit souffle où il veut" comme disait le Nazaréen (enfin il parait, j'etais pas là ce jour là)
"Si tu ne trouves pas d'ami sage etc, marches seul, comme un roi.. un elephant etc" (comme disant le silencieux des sakya)
Soyez votre propre maitre etc;
Les religions ou "pratiquants officiels" je compare souvent ça, aux "diplomés officiels des universités" qui en sortent formatés, mais pas liberés ni forcement tous doués;
The work is teaching you the work, c'est en essayant, en pratiquant qu'on apprends par soi même
Un autodidacte ou hors systèmes, comme l'était Siddhârta en son temps, et d'autres, sont au contraire ceux qui ont le plus de chance de "créer" quelquechose de vrai, de neuf, de réel; de sortir des conditionnements, de se libérer; alors que les autres ne sont que dans l'imitation, la répétition, qui ne conduit qu'à un système, pas forcément adapté à soi, ni à chacun naturellement, pas à la libération personnelle;
Et que penser des "faux gourous", des sectes, des accusés d'abus de pouvoir ou sexuel '(y compris chez les religieux tibétains et autres) ?
Prendre un "berger" (fut-il "enseignant "déclaré", maitre à penser (pas par soi même),politicien, religieux ou autre), c'est assurément se condamner a rester toujours mouton; Alors que notre vraie nature est à la fois, l'enseignement, la pratique et le but; tout est déjà là
Avancer seul est plus risqué pour ce qui est des occasions de "partir en live", mais c'est aussi la meilleure façon d'avancer en étant responsable soi même dès le début, pour se liberer soi même; et non en attendant "d'enseignants, de traditions, etc", qu'ils le fassent pour nous; ce qui est illogique et impossible
Quitter les autoroutes surpeuplées et formatées, et se perdre sur des sentiers, est la meilleure façon de trouver "le naturel", la paix et la liberté, et de se trouver soi même
Il n'y a rien à faire pour "être ce que l'on est", mais il y a parfois quelques efforts à faire pour enlever les broussailles et obstacles qui nous empêchent d'être ce que l'on est ; )
Avatar de l’utilisateur
Katly
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2278
Inscription : ven. 20 juil. 2012 07:14
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Katly » dim. 26 janv. 2014 13:48

Je n'ai pas changé d'avis sur PF, en ce qui me concerne. Je suis toujours ma voie avec TNH, depuis près de trois ans maintenant, je suis mon petit troupeau de loin et à ma façon.
Teyata, Gate, Gate, Paragate, Parasamgate, Bodhi Svàhà
Les mots que l'on a pas dit sont les fleurs du silence. Proverbe japonais
Soyez libre là où vous êtes. TNH
Avatar de l’utilisateur
Dharmadhatu
Team RB
Team RB
Messages : 5677
Inscription : mer. 2 juil. 2008 17:07
Localisation : Akaniṣṭha
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Dharmadhatu » dim. 26 janv. 2014 13:59

:D Bien sûr, il y a des charlatans partout, Freelion, tu as raison de le rappeler mais le danger est de faire comme les médias qui ont tendance à ne montrer que les scènes de crime les plus atroces... or entre la mangue qui paraît mûre ou pas de l'extérieur et qui l'est ou pas à l'intérieur, il y a 4 possibilités; donc il y a aussi des cadres officiels ès Bouddhisme qui sont aussi des gens bien, authentiques et réalisés, qu'on appelle des Maîtres.

C'est juste ce regard-là que je voulais aussi rappeler.

Parce que, sans ce type de cadre, quelques uns de nos contemporains peuvent croire dur comme fer qu'ils pratiquent la même chose que d'autres (ou qui pratiquent tout court) simplement parce qu'ils ont lu des bouquins sur le sujet et que ça a l'air trop fastoche... ça aussi c'est un danger: celui de penser que le charlatanisme c'est seulement chez les autres, qu'il n'y a que des faux gourous et jamais de faux pratiquants. Quand on pense que même un champion toutes catégories comme Milarépa avait loupé le coche avec son Maître dzogchen, alors j'imagine chez les gugus lambda comme nous. :lol: (enfin je parle surtout pour moi :oops: ;-) )

Image

FleurDeLotus
Puisqu'il n'est rien qui ne soit dépendant,
Il n'est rien qui ne soit vide.

Arya Nagarjuna (Madhyamakashastra, XXIV, 19).
Freelion

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Freelion » dim. 26 janv. 2014 14:26

à Dharmadhatu, je n'ai pas dit que tous les "enseignants" ou transmetteurs de traditions spirituelles, n'avaient pas de qualités; Je ne dis pas "tous pourris"; cela dit, pour reprendre ton exemple des mangues, bonnes ou pas, d'aspect ou pas, pourquoi s'arreter à "une seule mangue" ? et croire qu'elle seule est bonne et ne pas voir autre chose ?

En effet, se contenter de lire "des choses spirituelles" sans essayer d'en mettre en pratiques certaines, celles qui nous conviennent, serait comme de regarder les mangues sans en manger; Mais dans le domaine spirituel, chacun a son chemin unique, chacun est son propre "chasseur cueilleur" de mangues, et les nomades ne s'arretent pas à un arbre ni à une mangue, ils observent, goutent et poursuivent leur chemin sans s'attacher, poursuivant leur vie libre;

J'ai lu et étudié, mis en pratique certaines choses, de différentes "sources", plus ou moins bonnes ou pas, ou inspirantes,
de Thich nhat hanh, au Dalai, de Taisen deshimaru, à Krishnamurti, de Ramana maharshi aux enseignements "esotériques" de Morihei ueshiba ou du taoisme, des évangiles chrétiens 'officiel", jusqu'au yoga de Patanjali, et j'en passe, j'en garde diverses choses de chacun, mais ne m'arrete à aucun, je m'inspire de certaines choses et laisse d'autres, pour créer mon "propre style", ma propre pratique et chemin spirituel; sachant que la réalisation(s) est une affaire personnelle;

Quelquesoient la ou les pratiques spirituelles (ou non pratiques) qu'on adopte ou pas, c'est une affaire entre soi et soi, son esprit et la réalité; et non une affaire de religions, de traditions etc; La réalité est face à soi, et soi même;
et surtout, le "fruit" à gouter, n'est pas exterieur à soi, c'est le fruit de notre vraie nature, de notre esprit, et personne d'autre que soi ne peut le connaitre;
Si tu attends de qui que ce soit qu'il te disent "qui tu es", la vérité, tu te fourvoies et ne le découvriras jamais;
Il n'y a que soi pour savoir ce que l'on est, ou ce que l'on est pas;
Avatar de l’utilisateur
Katly
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2278
Inscription : ven. 20 juil. 2012 07:14
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Katly » dim. 26 janv. 2014 14:34

Concernant mon chemin, j'ai fais mes découvertes avant de connaitre le bouddhisme.
C'est par le bouddhisme tibétain, le Dalaï Lama que j'ai connu le bouddhisme. Merci à lui. jap_8 Les traditions tibétaines, et le Dzogchen m'ont intéressé un moment, mais j'ai vu que cela ne me convenait pas en pratique. Je n'ai pas besoin d'essayer plus loin. La vie est courte et je sens assez vite ce qui m'est bénéfique et ce qui ne l'est pas. <<metta>> Même à l'égard de ma voie actuelle, et de tout entourage, je reste libre.
La vie spirituelle de chacun lui appartient dans ses choix.
Tout est en soi-même, la vie spirituelle est d'abord intérieure.
Teyata, Gate, Gate, Paragate, Parasamgate, Bodhi Svàhà
Les mots que l'on a pas dit sont les fleurs du silence. Proverbe japonais
Soyez libre là où vous êtes. TNH
Jean
Roue du Dhamma
Roue du Dhamma
Messages : 2614
Inscription : sam. 27 oct. 2007 16:08
Localisation : Perpignan

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Jean » dim. 26 janv. 2014 14:53

Juste pour signaler qu'il y a des pratiquants de la "Voie subite", des pratiquants de la "Voie Graduelle" et des pratiquants des deux voies.

Dans chacune des écoles Tibétaines les deux voies sont pratiquées. Ensuite chacun va pratiquer une voie plus que l'autre. Mais ceux qui se destinent à enseigner doivent pratiquer les deux voies pour pouvoir les transmettre. Et certains enseignants sont réputés pour leur maitrise, leur expérience de certaines pratiques.

Une personne qui a une certaine maitrise de la voie subite, transforme les pratiques de la voie graduelle en voie subite.

Une personne qui a une grande maitrise de la voie subite est capable de transformer le "Je prends refuge dans le Bouddha, le Dharma, la Sangha", ce qui est la 1ere pratique du Bouddhisme, en voie subite. C'est la formule magique qui le reconnecte immédiatement à sa vraie nature.
Retraité, entre 2 parties de pétanque, quand j'écris sur Nangpa, je suis assis à la terrasse du Café du Commerce, en short, en tongs et je me permets de discutailler Dharma, sans en avoir l'autorisation, ni les capacités.
Avatar de l’utilisateur
Katly
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2278
Inscription : ven. 20 juil. 2012 07:14
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Katly » dim. 26 janv. 2014 15:02

Il y a les deux, Le refuge Dharma, Sangha, Bouddha et le refuge en son île intérieure.
Je le chante même parfois.
Teyata, Gate, Gate, Paragate, Parasamgate, Bodhi Svàhà
Les mots que l'on a pas dit sont les fleurs du silence. Proverbe japonais
Soyez libre là où vous êtes. TNH
Répondre

Revenir à « Citations & images »