Peter Fenner : la libération naturelle

Avatar de l’utilisateur
Katly
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2278
Inscription : ven. 20 juil. 2012 07:14
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Katly » lun. 24 juin 2013 11:12

Dharmadhatu a écrit :
ted a écrit :
Ne vous fatiguez pas à corriger le ciel.

Longchenpa

FleurDeLotus
On peut se laver, quand même ?? :?:
:mrgreen:
ba11 Excellente cette remarque, Ted. Souvent, on entend dire les gens qu'il ne faut surtout pas penser parce qu'il faut être dans l'instant présent. Mais on confond les instructions qui concernent méditation et celles de la post-méditation. S'il ne fallait plus penser, alors on ne ferait plus de projets, se faire du bien avec des souvenirs sympas serait proscrit etc. Et on sentirait tous le chacal ! :lol: Bien sûr, l'idéal est d'atteindre l'état de Bouddha qui est totalement dénué d'intellections, mais à notre niveau, nous ne pouvons faire autrement que d'instaurer des périodes de méditation et de post-méditation.

Pour les thelwas soulignés par Namkai Norbu Rinpotché, peut-être qu'il y a un rapport avec la description, dans le 1er tome de L'Escalier de cristal, concernant notre monde qui se trouve sur l'assemblage de lotus dans les mains de Vairochana. A vérifier...

FleurDeLotus

Mais il y a le non-attachement aux pensées, n'est-ce-pas Dhamadathu ? ou je comprends mal ? :oops:
Sinon, penser à se laver toute la journée, ou à un bon ou mauvais souvenir, ou à un projet ou à une prochaine galère sans-arrêt, seraient une obsession dans la post-méditation, qui nous ferait oublier d'être dans l'instant présent, de lâcher-prise, d'accueillir, de laisser le flux, d'être...
Teyata, Gate, Gate, Paragate, Parasamgate, Bodhi Svàhà
Les mots que l'on a pas dit sont les fleurs du silence. Proverbe japonais
Soyez libre là où vous êtes. TNH
Avatar de l’utilisateur
Dharmadhatu
Team RB
Team RB
Messages : 5677
Inscription : mer. 2 juil. 2008 17:07
Localisation : Akaniṣṭha
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Dharmadhatu » lun. 24 juin 2013 12:35

jap_8 Oui Katly, c'est l'un des bonus de la méditation, surtout si elle concerne la nature de l'esprit: on finit par avoir de moins en moins la tête dans le guidon et on ne fait plus attention qu'aux pensées utiles, sans les saisir. On stabylote certaines phrases écrites sur l'eau.

Si ce n'est pas le cas, il y a un hic dans la méthode.

FleurDeLotus
Puisqu'il n'est rien qui ne soit dépendant,
Il n'est rien qui ne soit vide.

Arya Nagarjuna (Madhyamakashastra, XXIV, 19).
Avatar de l’utilisateur
longchen2
Oiseau
Oiseau
Messages : 572
Inscription : lun. 27 mai 2013 07:46

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par longchen2 » lun. 24 juin 2013 13:43

Dharmadhatu a écrit :(...) On stabylote certaines phrases écrites sur l'eau. (...)
::mr yellow:: oui, oui voilà c’est çà, et encore une fois je n’aurais pas su l’exprimer ainsi ! :D
çà c’est le Dharma exprimé aux occidentaux: nous autres on veut du direct, des mots bruts qui résonnent avec notre réalité quotidienne !
FleurDeLotus jap_8
lausm
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2194
Inscription : mar. 10 févr. 2009 13:14
Localisation : Auvergne
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par lausm » lun. 24 juin 2013 14:07

Bön, bouddhisme, chamanisme d'ici ou de là, zen, taoisme, tantrisme shivaite, la Conscience est la Conscience, et la réalité est la réalité.

Après, chacun a des habits différents, au Tibet on se les pèle en altitude et on met des doudounes en cuir de yak. Au Japon on a vingt cinq couches de kimonos car on est un peu précieux dans l'âme et qu'on aime ritualiser le quotidien. Chez les chinois, on se perd dans le brouillard en montant les escaliers des temples de Wudang ou Emei, en croisant un vieillard un peu dépenaillé mais qui a l'oeil qui brille et qui rigole tout le temps......

MAis la Conscience n'a pas de frontière, elle aime voyager léger, et n'a rien à déclarer qui la fasse être arrètée à la douane, quand elle existe encore.
Sho Butsu Ichi Nyo : le Bouddha et les êtres sensibles sont uns.
Avatar de l’utilisateur
jules
Lotus Nangpa
Lotus Nangpa
Messages : 3845
Inscription : dim. 15 févr. 2009 19:14

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par jules » lun. 24 juin 2013 14:19

lausm a écrit :
MAis la Conscience n'a pas de frontière, elle aime voyager léger, et n'a rien à déclarer qui la fasse être arrètée à la douane, quand elle existe encore.

Image

Douanier Rousseau

<<metta>>
Avatar de l’utilisateur
Katly
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2278
Inscription : ven. 20 juil. 2012 07:14
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Katly » lun. 24 juin 2013 14:43

jules a écrit :
lausm a écrit :
MAis la Conscience n'a pas de frontière, elle aime voyager léger, et n'a rien à déclarer qui la fasse être arrètée à la douane, quand elle existe encore.

Image

Douanier Rousseau

<<metta>>
jap_8
Teyata, Gate, Gate, Paragate, Parasamgate, Bodhi Svàhà
Les mots que l'on a pas dit sont les fleurs du silence. Proverbe japonais
Soyez libre là où vous êtes. TNH
Boubou
Feuille de la Bodhi
Feuille de la Bodhi
Messages : 105
Inscription : dim. 15 juil. 2012 07:36

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Boubou » lun. 24 juin 2013 16:39

longchen2 a écrit :Extrait très intéressant, merci Boubou jap_8
De rien Longchen et Jean. Je découvre un peu cette...planète dzogchen.

Visiblement, elle concentre autant une cosmologie importante d'où à l'air de découler une mythologie, que des enseignements très directs et simples (dans leur formulation). Je me pose donc la question de savoir s'il y a vraiment besoin d'adhérer à tout l'enrobage pour accéder au cœur du bonbon ? Vous me direz mais les bonbons sont ainsi faits que l'on commence par sucer l'enrobage !

Fenner, pour moi, non seulement parle du cœur ou du suc, mais fait en sorte de nous présenter une version brute d'enrobage, donc immédiatement accessible. Ce qui fait qu'il n'y a pas forcément à passer par tout le procès, si on le peut bien sûr. C'est ce que je vois comme bien adapté à l'accélération de notre culture où on n'a plus le temps ou ne peut plus prendre le temps des préliminaires.

Bref cette forme je la sens bien.
Avatar de l’utilisateur
longchen2
Oiseau
Oiseau
Messages : 572
Inscription : lun. 27 mai 2013 07:46

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par longchen2 » lun. 24 juin 2013 16:44

Boubou a écrit :(...)
Bref cette forme je la sens bien.
Au fond c'est l'essentiel, et puis rien n'est figé non plus, tu pourras explorer ou pas ce que tu juges utile quand tu seras disponible pour cela (éventuellement).
FleurDeLotus
lausm
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2194
Inscription : mar. 10 févr. 2009 13:14
Localisation : Auvergne
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par lausm » lun. 24 juin 2013 21:56

En fait, ce que j'en ai compris, c'est que justement l'on pouvait aller au coeur de ce truc qui n'a pas de forme....et l'importer dans toutes les formes.
Et je découvre que le dzogchen a cette forme d'enseignement déjà exprimée.
Je ne connaissais pas le dzogchen, et pour moi pratiquant de zen, je trouve que ça éclaire bien des choses.
Je pense que cette expression est effectivement très actuelle, d'où que j'aie posté cet extrait.
Pourtant, je pense que ça n'est pas pour autant éloigné du coeur de ce qu'expriment les traditions.
MAis ça libère de la dépendance des formes, de l'enrobage du bonbon....en fait on peut remettre l'enrobage de bonbon qu'on veut, ou ne rien mettre pour altérer le goût.
Sho Butsu Ichi Nyo : le Bouddha et les êtres sensibles sont uns.
Boubou
Feuille de la Bodhi
Feuille de la Bodhi
Messages : 105
Inscription : dim. 15 juil. 2012 07:36

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Boubou » lun. 24 juin 2013 22:03

Au fait, Lausm, tu as parlé de mettre un autre extrait ?
Avatar de l’utilisateur
Dharmadhatu
Team RB
Team RB
Messages : 5677
Inscription : mer. 2 juil. 2008 17:07
Localisation : Akaniṣṭha
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Dharmadhatu » mer. 26 juin 2013 12:47

jap_8 Sa Sainteté le Dalaï Lama rappelle que pour comprendre correctement de quoi parle le Dzogchen, il ne suffit pas de se pencher sur des textes brefs qui comprennent l'essentiel mais qu'il faut aussi étudier les classiques qui permettent de bien saisir la terminologie et le sens propre aux termes.

Pour les personnes intéressées, il y a La Liberté naturelle de l'esprit (Rangdröl Korsoum) de Longchenpa ou encore The Treasury of Precious Qualities (Yonten Dzö) de Jigmé Lingpa.

Je trouve que c'est un bon conseil, car ça évite les erreurs de compréhension qui peuvent facilement s'immiscer dans les instructions brèves (ne rien faire, ne pas penser etc...)

FleurDeLotus
Puisqu'il n'est rien qui ne soit dépendant,
Il n'est rien qui ne soit vide.

Arya Nagarjuna (Madhyamakashastra, XXIV, 19).
Avatar de l’utilisateur
Katly
Double Poisson
Double Poisson
Messages : 2278
Inscription : ven. 20 juil. 2012 07:14
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par Katly » mer. 26 juin 2013 18:33

Merci de ce conseil Dharmadathu, je suis débordée de lecture pour toutes les vacances, mais je vais noter ça dans un p'tit coin pour plus tard. jap_8
Teyata, Gate, Gate, Paragate, Parasamgate, Bodhi Svàhà
Les mots que l'on a pas dit sont les fleurs du silence. Proverbe japonais
Soyez libre là où vous êtes. TNH
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13176
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par ted » ven. 24 janv. 2014 21:43

lausm a écrit :En fait, ce que j'en ai compris, c'est que justement l'on pouvait aller au coeur de ce truc qui n'a pas de forme....et l'importer dans toutes les formes.
Et je découvre que le dzogchen a cette forme d'enseignement déjà exprimée.
Je ne connaissais pas le dzogchen, et pour moi pratiquant de zen, je trouve que ça éclaire bien des choses.
Je pense que cette expression est effectivement très actuelle, d'où que j'aie posté cet extrait.
Pourtant, je pense que ça n'est pas pour autant éloigné du coeur de ce qu'expriment les traditions.
MAis ça libère de la dépendance des formes, de l'enrobage du bonbon....en fait on peut remettre l'enrobage de bonbon qu'on veut, ou ne rien mettre pour altérer le goût.
Je vois quand même un piège dans cette approche de Fenner, le risque de se faire piéger par une projection très subtile. Le risque d'assimiler des états "sans pensées", à la réalisation de la vacuité. C'est le même qui guette sans doute les pratiquants du Zen piégés par le "sans forme". :-(

En y réfléchissant, je me dis que finalement, l'approche bien carrée, bien progressive et bien documentée du premier tour de roue (4 jhanas de la forme, 4 jhanas du sans forme), telle qu'elle est exprimée dans theravada, a au moins le mérite de ne pas faire prendre des vessies pour des lanternes le cas échéant ? :oops: :roll:

Est-ce qu'il n'y a pas un mental subtil qui peut se manifester de façon fort discrète et conduire le pratiquant à se croire réalisé ? Même s'il a reçu une introduction correcte à la nature de l'esprit ?
D'ailleurs, est-ce que Peter Fenner fait une introduction à la nature de l'esprit ? jap_8

lausm a écrit :Voici un extrait du livre de Peter Fenner, que je recommande fortement, surtout aux amateurs de non dualisme effrenés!!
Il s'agit de "l'esprit lumineux".
Avec lui, pas de détail, on va direct au but....bon, il a pratiqué chez les tibétains, dans le zen, le theravada, autant dire qu'il a quand même exploré à fond la pratique.
En tous cas un instructeur qui peut, je pense, apporter à beaucoup.
  • "Les approches psycho spirituelles conventionnelles partent du principe que la libération des émotions intenses requiert travail et effort, prise de conscience cognitive profonde, libération cathartique ou une combinaison de tous ces éléments. De telles voies sont construites sur les principes de discipline et de transformation : nous changeons notre comportement, nous purifions notre esprit et transformons notre perception.

    L'approche non duelle nous donne la possibilité de nous libérer des pensées et des émotions perturbatrices en ne faisant rien! La tradition non duelle de Dzogchen appelle cela "laisser ce qui est exactement tel quel". Les maîtres Dzogchen dissolvent les perturbations et entrent dans la conscience inconditionnée en laissant les choses telles quelles. Dès qu'elles agissent vraiment de la sorte, les réponses réactives fondent comme neige au soleil ou, comme le disent les textes traditionnels, "comme de la neige tombant sur l'eau chaude de la pure non interférence".

    Peter Fenner

    [/size]
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
tongra
Oiseau
Oiseau
Messages : 669
Inscription : ven. 8 déc. 2006 18:46

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par tongra » sam. 25 janv. 2014 20:05

Tiens Ted, que nous vaut de te voir déterrer ce nonos là ? Temps à perdre ou intérêt ? ;-)
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13176
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Peter Fenner : la libération naturelle

Message non lu par ted » sam. 25 janv. 2014 20:23

tongra a écrit :Tiens Ted, que nous vaut de te voir déterrer ce nonos là ? Temps à perdre ou intérêt ? ;-)
Analyse... Réflexions... Mise en pratique... 6 mois de recul... Il faut bien ça non avant de critiquer... :)
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Répondre

Revenir à « Citations & images »