Engourdissements aux jambes pendant et après la méditation

Jean
Roue du Dhamma
Roue du Dhamma
Messages : 2614
Inscription : sam. 27 oct. 2007 16:08
Localisation : Perpignan

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Jean » sam. 9 juin 2012 08:33

@ Dharmadhatu

J'adore les deux photos.

La photo du haut, c'est BKS Iyengar qui est un des maitres les plus connus de Hatha Yoga. Mais, avis aux amateurs, il faut une volonté de fer pour pratiquer son yoga. Il y en a qui le pratiquent avec succés (respect). Personnellement, je pratique le yoga de Désikachar qui est son neveu et le fils de son maître (Krishnamacharya) et qui enseigne un Hatha Yoga beaucoup plus adaptable.

A propos de nerf compressé : Durant une retraite, j'avais eu des problèmes urinaires : Envie d'aller uriner sans cesse. Heureusement le responsable du centre qui était aussi toubib m'a dit "no souçaille", (car il était Australien), cela vient de la longue assise, donc mettre la pédale douce. J'ai pratiqué un peu plus relax et tout est rentré dans l'ordre.
Retraité, entre 2 parties de pétanque, quand j'écris sur Nangpa, je suis assis à la terrasse du Café du Commerce, en short, en tongs et je me permets de discutailler Dharma, sans en avoir l'autorisation, ni les capacités.
ardjopa

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par ardjopa » sam. 9 juin 2012 16:55

Une des raisons de ces "petites tracesseries" chimériques des occidentaux (souvent), c'est que leur mode de vie "quotidien" est en général tout sauf sain, ni naturel, ni bon mentalement, spirituellement, et aussi physiquement:
Sans parler du mode de vie citadin, urbain, qui est pollué, vicié, surpeuplé, agressif et j'en passe,
la chaise entre autre est surement une invention de "flemmards occidentaux" ;-) ; Et croyant y voir un progrès, un agrément de "confort", c'est en fait une régression souvent; Le mieux est l'ennemi du bien; Déjà les gamins, jeunes, le pressentent souvent : au début s'assoir sur une chaise est une torture pour le dos, les fessiers entre autre, qui les incitent à se relacher et à prendre une posture courbée, mauvaises pour le dos, passive, et le contraire d'une position "dynamique" et énergétique (d'où les problèmes de dos des gamins souvent, à force de rester le cul sur une chaise des heures, des mois, souvent des années dans le système scolaire, à écouter des conneries souvent); puis ils vont de leur chaise, au bureau, du canapé au lit, du repas tv à table aux classes; et leurs successeurs adultes font souvent de même : métiers de "bureau", assis dans leurs bagnoles etc;
Après ils s'étonnent qu'ils n'arrivent plus à marcher sans se fatiguer, à s'assoir en tailleur, en seiza ou lotus sans souffrir etc;
Il fut un temps où je m'étais fixé de ne plus m'assoir sur des chaises mais qu'au sol, et de ne plus dormir dans un lit (trop mou et mauvais pour le dos et le tonus musculaire) mais sur un futon au sol, ou un matelas mousse,
En fait ces postures sont souvent celles adoptées depuis des millénaires par les peuples "naturels", que ce soit asiatiques, amerindiens, polynesiens, etc; qui n'avaient pas inventé les chaises, mais pour qui la terre entière était un bon endroit pour s'assoir, méditer, manger, travailler etc...
L'homme blanc a inventé la chaise et il ne s'est jamais relevé
L'homme d'asie a inventé la roue et la roue du samsara a continué à tourner
L'homme sage a continué à marcher dans la liberté et il n'est jamais revenu

Butterfly_tenryu
Avatar de l’utilisateur
Flocon
Naga
Naga
Messages : 4238
Inscription : mer. 19 mai 2010 06:59

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Flocon » sam. 9 juin 2012 17:16

ardjopa a écrit :la chaise entre autre est surement une invention de "flemmards occidentaux"
La chaise est employée en Chine et en Corée depuis l'Antiquité. Les tabourets le sont en Afrique depuis des siècles. Rien à voir avec l'occident, ni avec la flemme. :lol:
ardjopa a écrit :En fait ces postures sont souvent celles adoptées depuis des millénaires par les peuples "naturels", que ce soit asiatiques, amerindiens, polynesiens, etc; qui n'avaient pas inventé les chaises, mais pour qui la terre entière était un bon endroit pour s'assoir, méditer, manger, travailler etc...
Qu'appelles-tu un peuple "naturel", même avec les guillemets? Tous les peuples humains possèdent des cultures élaborées. S'asseoir par terre n'est pas plus naturel que s'asseoir sur une pierre, ou sur un banc, ou sur une chaise. Tu sais, le "bon sauvage" de Rousseau n'était au fond qu'un mythe commode, même les rousseauistes les plus acharnés (genre moi :oops: ) l'admettent aujourd'hui, où les anthropologues nous ont enseigné qu'il n'y a pas de sauvages, ni de peuples "naturels".
Ce n'est pas un reproche, mais une remarque. Toi qui es si attaché, à juste titre, à dénoncer les faux-semblants, tu devrais être sensible à la notion de cliché. :?:

Pour revenir à la question de départ posée par Ted, Adrien a raison, je crois, de penser à un problème de nerf. En fait, le changement de zafu doit expliquer les crampes : nous avions cherché trop loin...
Ted, bon courage pour la méditation en position penchée! Tiens-nous au courant... :D
Quand on sonde les choses, les connaissances s'approfondissent.
Les connaissances s'approfondissant, les désirs se purifient.
Les désirs une fois purifiés, le cœur se rectifie.
Le cœur étant rectifié, on peut réformer sa personne.

Kong Tseu
ardjopa

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par ardjopa » sam. 9 juin 2012 18:03

à Flocon, je ne crois pas que les chaises et autres existent depuis "l'antiquité", en europe, asie ou ailleurs;
Et d'après moi les peuples "premiers" ou naturels n'en utilisaient pas, pendant des millenaires;
Au vietnam par exemple, même si ça existe depuis longtemps, la plupart des gens (du peuple surtout) ont ou avaient coutume de s'assoir "sur les talons", en tailleur, ou autres variantes, en birmanie ou inde aussi, chacun avaient ses postures traditionnelle au sol ( "à la birmane", en lotus, etc), les amérindiens "à l'indienne", idem pour les polynésiens, les bochimans d'afrique australe, massais, aborigènes d'australie, touaregs et j'en passe;

citation:
Le fait de s’asseoir sur des chaises n’est présent dans notre culture que depuis environ 150 ans car avant c’était encore un privilège des souverains.
Bref, le "bon sauvage" est peut-être un mythe, mais "la vraie nature" des êtres (et donc des "homosoitdisantsapiens"), n'est certainement pas de vivre entre 4 murs, à rester sur des chaises de classes en rêvant d'océan, à bosser pour des "patrons" dont on à rien faire..., dans des villes polluées etc, mais de marcher librement sur son chemin et de s'assoir sur la terre pour mieux atteindre le ciel love3
Cathrine

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Cathrine » sam. 9 juin 2012 18:22

Dans l'Egypte ancienne , ils utilisaient des tabourets. Pourtant, eux aussi pensaient à atteindre le ciel .

Merci Flocon d'avoir remis un peu d'ordre et de bon sens.
Ardjopa,je vais cesser de te lire pendant un certain temps, tes approximations, tes affirmations non fondées, tes piques continuelles vis à vis de l'école commencent à me gonfler....et tu seras d'accord avec moi, la colère est l'émotion la plus néfaste qui soit. Alors sauve qui peut, je pense à mon karma et je me casse , comme dirait Lupka.
ardjopa

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par ardjopa » sam. 9 juin 2012 18:45

je vais cesser de te lire pendant un certain temps, tes approximations, tes affirmations non fondées, tes piques continuelles vis à vis de l'école commencent à me gonfler....et tu seras d'accord avec moi, la colère est l'émotion la plus néfaste qui soit. Alors sauve qui peut, je pense à mon karma et je me casse ,
Pas de problème ! J'ai l'habitude d'être "ignoré" par les homoindustrialis pollueris, (surtout leurs femelles d'ailleurs ;-) )
Perso j'ai "cessé de suivre le troupeau" depuis pas mal de temps; Depuis la fin de leur "système scolaire-prison" ou depuis que j'ai fini par y peter les plombs : leurs jugements, leurs obligations infondées et injustes, leurs pressions continuelles vis à vis d'êtres arrivants sur terre et qui ne leur ont rien demandé, avaient fini par me gonfler.... et tu seras d'accord avec moi, la privation de liberté et les troupeaux de masse sont les comportements les plus néfastes pour la paix et le bonheur des êtres. Alors sauve qui veut ou peut, je pense à ma liberté, j'ai mis les voiles, y compris de la société "métro-boulot-popo-sans-amour-de-toute-façon-pour-certains") et je me suis barré, comme disent les marins

Butterfly_tenryu
Avatar de l’utilisateur
Flocon
Naga
Naga
Messages : 4238
Inscription : mer. 19 mai 2010 06:59

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Flocon » sam. 9 juin 2012 18:47

ardjopa a écrit :à Flocon, je ne crois pas que les chaises et autres existent depuis "l'antiquité", en europe, asie ou ailleurs;
Je t'assure que si. loveeeee

Mais libre à toi de croire ce que tu veux. Je ne voulais pas polémiquer, simplement attirer ton attention sur le problème posé par l'usage récurrent des clichés dans tes messages. Personnellement je n'en retire pas de colère, mais Cathrine a raison de te signaler que ton propos perd en impact à cause de ce genre d'approximations, qui témoignent, au fond, d'un regard assez condescendant sur les peuples mêmes que tu crois glorifier.
Excuse-moi si je t'ai blessé, et n'en parlons plus.
Quand on sonde les choses, les connaissances s'approfondissent.
Les connaissances s'approfondissant, les désirs se purifient.
Les désirs une fois purifiés, le cœur se rectifie.
Le cœur étant rectifié, on peut réformer sa personne.

Kong Tseu
ardjopa

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par ardjopa » sam. 9 juin 2012 18:52

Rien ne me blesse "chère" amie :lol:
Quant on connait, quand on a connu, quand on sait ce que valent les "humain(e)s",ou ce dont ils sont capables,
y compris en cruauté sans nom, on finit par ne plus être blessé par eux, car n'espérant plus rien d'eux/elles, après des années de solitude /indifférence voire irrespect, on finit par tracer sa propre route, et ne plus rien n'attendre d'une espèce qui massacre la terre, la nature, la Liberté, la paix, la justice, nos frères animaux, et j'en passe;
Ce monde là n'est pas le mien, et bientot il disparaitra à son tour

Butterfly_tenryu
Lupka

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Lupka » sam. 9 juin 2012 21:06

@Cathrine: quant on voit la souffrance chez l autre on ne souffre plus de ce qu il renvoit loveeeee ;-)

Les clichés et autres stéréotypes n'en sont que l'expression la plus simple et brutale.
oiseau2julie
Avatar de l’utilisateur
Flocon
Naga
Naga
Messages : 4238
Inscription : mer. 19 mai 2010 06:59

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Flocon » dim. 10 juin 2012 06:48

Lupka, la cause de la souffrance dans le bouddhisme, ce n'est jamais l'autre, c'est soi-même, non?

Et tu oublies que Cathrine et moi sommes des profs, donc quand on lit des choses manifestement fausses, on a envie de les corriger : déformation professionnelle oblige :oops: :lol: ... la souffrance est bien, dans ce cas-là, en nous.

Bon euh, le sujet parlait d'un problème de crampes, non? On est passé des crampes physiques aux crampes mentales, j'ai l'impression. :lol: Ardjopa nous aide, en nous fournissant des exercices d'assouplissement. Mais est-ce que pencher à gauche aidera à décoincer le nerf? :?:

OK, je suis bête et je :arrow: . Et désolée d'avoir (encore :oops: ) lancé un HS.
Quand on sonde les choses, les connaissances s'approfondissent.
Les connaissances s'approfondissant, les désirs se purifient.
Les désirs une fois purifiés, le cœur se rectifie.
Le cœur étant rectifié, on peut réformer sa personne.

Kong Tseu
Cathrine

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Cathrine » dim. 10 juin 2012 08:35

Flocon, Lupka, vos réponses m'ont " remise sur la voie". Je me suis laissée emportée, peut-être déformation professionnelle en effet.J'aurais dû voir la part de souffrance révélée par certains messages.
Celà dit,j'ai encore du mal à rester cool devant les déclarations de dégoût, d'antipathie, de rejet, de la société où nous vivons. Certes, c'est loin d'être parfait, c'est toujours et encore le samsara;mais gardons en tête que nous sommes des privilégiés, l'infime frange d'humains qui a accés au Dharma, qui peut se permettre le luxe de penser, de débattre, d'avancer, alors que les reste du monde peine simplement pour survivre, arriver à manger et nourrir ses enfants.
Ardjopa (encore) jette le bébé avec l'eau du bain, la vie qu'il mène n'est possible que parce qu'il est né ici et aujourd'hui, alors un peu de gratitude; se plaindre sans cesse ce n'est pas la vue juste, ni la pleine conscience; les paroles de rejet et de critique ne font avancer personne.

H S , je sais. Promis j'arrête!
Lupka

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Lupka » dim. 10 juin 2012 08:57

Cathrine a écrit : Celà dit,j'ai encore du mal à rester cool devant les déclarations de dégoût, d'antipathie, de rejet, de la société où nous vivons.
Bienvenue au club ba11

Si j'ai retenu une chose de mon parcours vajrayaniste c'est la notion de précieuse existence humaine
Kalou Rinpoche a écrit :Nous possédons maintenant la précieuses existence humaine, caractérisée par huit libertés et dix qualifications. Il serait trop long d'examiner ici en détail ce que sont ces libertés et ces acquisitions. On peut, pour ce faire, se reporter à des ouvrages comme L'Océan de la certitude, le Flambeau de la certitude, la Voie progressive des trois types d'individus ou L'Ornement de la libération.

Déficiences du monde animal

Les possibilités d'existence se répartissent en six classes, dont quatre ne sont pas perceptibles par nos sens : les enfers, les esprits avides, les demi-dieux (asouras) et les dieux. Nous ne communiquons qu'avec les hommes et les animaux, encore que, parmi ces derniers, certaines espèces, restent invisibles, bien qu'évoluant dans le même environnement que les poissons, les tortues ou certains insectes. D'autres animaux sont plus proches de nous par leur morphologie, qu'ils soient sauvage comme les tigres, les léopards, les biches, etc. ou domestiques, comme les chiens, les chats, les vaches, les chevaux...

Les animaux ont ceci en commun qu'ils ne peuvent ni comprendre ce que nous leur disons ni exprimer ce qu'ils voudraient dire, si ce n'est à un degré très rudimentaire. Leur esprit est enveloppé d'une opacité qui les prive de ces facultés. Ils ne peuvent pas d'avantage développer la foi, la dévotion, la compassion ou la connaissance transcendante, qualités qui mènent vers les mondes supérieurs et vers la Libération. Si vous parlez de dévotion et de compassion à un animal, ce sont des notions qu'il ne peut saisir. Il est, par contre, inutile de lui enseigner la colère, l'agressivité ou le désir : ces défaut sont naturellement présents dans son esprit.

Les possibilités de développement spirituel des animaux sont quasiment nulles car ils ne peuvent accumuler du mérite par des actes physiques comme les prosternations ou l'offrande du mandala, ni par la parole en récitant des mantras ou des prières ; leur esprit ne peut pas non plus cultiver la foi ou la sagesse. Leur existence est affectée de limitations beaucoup pus grandes que celles des humains : non seulement il leur est très difficile de se protéger des dangers et des difficultés qu'ils rencontrent, mais ils n'ont pas la possibilité d'accomplir des actes vertueux qui leur assureraient le bonheur et le bien-être dans les vies futures. Le plus souvent, au contraire, ils tuent, ils volent, ils accomplissent de nombreux actes négatifs qui sont la cause de souffrances à venir. On peut, pour ces raisons, qualifier d'inférieure l'existence animale.

Comparée à la leur, notre situation est bien préférable. Nous possédons la capacité de comprendre ce qui nous est dit, d'exprimer ce que nous voulons et de discriminer entre ce qui est positif et négatif. Pourvu d'un bon support d'existence, nous faisons partie des mondes supérieurs.

Trois catégories d'humains

Encore faut-il apporter des nuances à cette vision générale de la condition humaine. Il est possible en effet de répartir les humains en trois catégories :


La première regroupe les hommes qui ne suivent aucune vois spirituelle et commettent sans cesse des actes négatifs. C'est une existence humaine funeste dans la mesure où elle conduira nécessairement à renaître dans des mondes où la souffrance est très grande.
La deuxième concerne ceux qui ne pratiquent pas non plus de voie spirituelle, mais n'accomplissent rien de très négatif ni rien de très positif. Leur existence est moyenne car elle conduira à renaître dans une condition moyenne, ni très heureuse ni très douloureuse.
La troisième catégorie s'applique à ceux qui connaissent le Dharma, ont rencontré des maîtres et suivent leurs enseignements. Dans ce cas, l'existence humaine est dite "précieuse".


Certaines matières comme l'or et le diamant sont regardés comme précieux parce qu'ils permettent, grâce à leur valeur marchande, d'acquérir tout ce que l'on veut. De la même manière, la vie humaine passée au service du bien et de la pratique spirituelle est précieuse non pas parce qu'elle engendre des possessions matérielles, mais parce qu'elle prépare des richesses beaucoup plus grandes : le bonheur et la libération.

A la valeur de cette existence s'ajoute sa rareté. On dit traditionnellement que les humains ordinaires sont aussi nombreux que les étoiles qui brillent la nuit dans le ciel, tandis que ceux qui possèdent la précieuse existence humaine ne sont pas plus fréquents que les étoiles du ciel diurne. Sans même nous référé à cette comparaison, il nous est facile de regarder autour de nous et de voir combien peu de gens sont engagés sur une voie spirituelle. Réfléchissons simplement à la ville où nous habitons et nous constaterons rapidement la rareté de ce type de personnes.

Ne pas gaspiller

La précieuse existence humaine n'est pas le fruit du hasard. Elle est le résultat de la pratique des actes positifs dans nos vies antérieures ainsi que d'une connexion s'étant déjà établie avec le Dharma. Nous possédons maintenant cette condition de vie extraordinaire ; il est nécessaire de prendre pleinement conscience de sa valeur pour lui donner tout son sens. C'est pourquoi il nous faut réfléchir aux libertés et aux qualifications qui la caractérisent, réfléchir aussi à la condition des autres êtres, les enfers, les esprits avides, les animaux, les demi-dieux et les dieux, afin de mieux saisir, par comparaison, le caractère exceptionnel de notre situation. Sachons bien que nous la gaspillons si nous ne l'utilisons par pour pratiquer le Dharma.
@Flocon: tu ne m'en voudras pas mais je préfère ne pas approfondir car ca m'obligerai à aller dans de longues explications et je n'ai plus la force ni l'envie de le faire ici shuuuuuuuuuuuuttttt
Avatar de l’utilisateur
Flocon
Naga
Naga
Messages : 4238
Inscription : mer. 19 mai 2010 06:59

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par Flocon » dim. 10 juin 2012 09:49

Lupka a écrit :@Flocon: tu ne m'en voudras pas
Aucun risque, ne t'en fais pas. loveeeee
Le texte de Kalou Rinpoche est très beau, merci de l'avoir posté.
Quand on sonde les choses, les connaissances s'approfondissent.
Les connaissances s'approfondissant, les désirs se purifient.
Les désirs une fois purifiés, le cœur se rectifie.
Le cœur étant rectifié, on peut réformer sa personne.

Kong Tseu
ardjopa

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par ardjopa » dim. 10 juin 2012 11:23

Ah les profs ou anciens profs, tous un peu "chtarbés", déformation professionnelle à croire tout savoir et critiquer ceux qui ne pensent pas comme eux; A la limite du respect parfois,envers l'égalité et la liberté de chacun
J'en ai connu quelqu'un(e), certains finissent à moitiés disjoncté(e)s, plus que certains de leurs étudiants "forcés" parfois d'aller écouter leurs conneries de "conditionnement des masses";
Et d'"ailleurs eux même sont des ignorants qui ont appris d'autres ignorants, des conneries qu'ils essayent de refourguer aux nouveaux arrivants; Sauf que certains préfèrent se barrer tot ou tard ;-)
Mais je comprends leur souffrance, ils ne peuvent souvent pas ou plus sortir d'un système qui les a formaté au bourrage de crane depuis gamins, donc difficile pour eux de "sortir des cadres" , de se libérer et de penser par eux-même;
Quant à ma supposée souffrance, pas plus que d'autres, moins surement que la femme veuve du mali qui doit nourrir ses gamins comme elle peut, moins que certains bureaucrates surstressés, ou que l'ours qui fait les cent pas dans une "prison-zoo" pour prisonniers innocents, crée par ces mêmes "homosoitdisant sapiens" qui prétendent vouloir éduquer et enseigner aux jeunes arrivants, alors qu'eux-même sont très loin d'être justes, ni sages;
Quant à ma vie, je le mène comme je veux dans mes possibilités, mais tu n'es pas assez "sage" pour la juger, ni tout savoir;
L'école de la vie, de la nature, c'est la vraie, celle de la liberté, celle qui ne tue pas la joie et l'énergie naturelle des êtres, celle qui permet à chacun de suivre son chemin, sans forcément rester enfermé sur les autoroutes et nationales d'un système déjà sur sa fin, et qui disparaitra comme les dinosaures (mais eux ont moins fait de dégats et ont nettoyé avant de partir)

Butterfly_tenryu
ardjopa

Re: Engourdissements aux jambes pendant et après la méditati

Message non lu par ardjopa » dim. 10 juin 2012 11:46

Je vous laisse méditer là dessus :lol:
L’éducation ne consiste pas à apprendre dans des livres, à confier certains faits à la mémoire, mais à apprendre comment regarder, comment écouter toutes ces choses que racontent les livres, que ce qu’ils racontent soit vrai ou faux. (…) Elle ne consiste pas simplement à passer des examens, à obtenir un diplôme et une situation, à se marier et à s’installer mais encore à savoir comment écouter les oiseaux, comment voir le ciel, l’étonnante beauté dun arbre, le dessin des collines, comment les sentir, comment être vraiment en contact avec toutes ces choses. (…) vous savez ce qui se passe dans le monde. (…) il y a des guerres, des émeutes, une nation se dressant contre une autre. (…) l’Homme est indifférent à tout ce qui peut arriver à son prochain, pourvu qu’il soit, lui, bien en sécurité. On vous éduque, on vous prépare à l’acceptation de tout (…) à mesure que vous allez grandir, certains d’entre vous se révolteront (…). Certains d’entre vous chercheront à fuir la société (...). Vous ne pouvez pas vous adapter à cette société monstrueuse. Alors qu’allez vous faire ?"

C’est parce que nous sommes si desséchés nous-mêmes, si vides et sans amour que nous avons permis aux gouvernements de s’emparer de l’éducation de nos enfants et de la direction de nos vies

sur l’Education, Krishnamurti
Répondre

Revenir à « Méditation & pratique »