Bouddhisme ancien et physique contemporaine

Compagnon

Bouddhisme ancien et physique contemporaine

Message non lu par Compagnon » sam. 17 déc. 2016 18:45

L'enseignement du Bouddha Shakyamuni vieux d'environ 2500 ans qui relève de la spiritualité, de l'esprit (de la métaphysique ?), de la religion, de l'introspection, comprend les énoncés de l'impermanence, de la loi de cause a effet, de la vacuité et du non-soi.

Des enseignements contemporains de Thích Nhất Hạnh (et il n'est peut être pas le premier à énoncer les choses ainsi), on peut regrouper l'impermanence et la loi de cause à effet dans un dimension verticale, du temps, et la vacuité et le non-soi dans une dimension horizontale, de l'espace. L'ensemble formant un tout lié et cohérent interdépendant. Les événements ayant besoin d'une dimension spatiale pour se dérouler et l'espace en tant que lieu du mouvement ne pouvant exister que dans le cadre de l'existence du temps comme dimension nécessaire au mouvement (un instant ici l'instant suivant là).

Hors la pensée scientifique du XXème siècle (qui dit science dit observation de la nature) a accouché du concept d'espace-temps :

Wikipédia :

En physique, l'espace-temps est une représentation mathématique de l'espace et du temps comme deux notions inséparables et s'influençant l'une l'autre. Cette conception de l'espace et du temps est l'un des grands bouleversements survenus au début du xxe siècle dans le domaine de la physique, mais aussi pour la philosophie. Elle est apparue avec la relativité restreinte et sa représentation géométrique qu'est l'espace de Minkowski ; son importance a été renforcée par la relativité générale.

N'avez-vous pas l'impression que le Bouddha Shakyamuni par un voyage spirituel, une introspection profonde, une observation a un degrés de profondeur et d'attention inégalé du cosmos qui était résumé en lui, a découvert par l'esprit, par la dimension spirituelle, quelque chose que la science moderne découvre par un autre chemin ?

De même la pensée de Nagarjuna, moine, philosophe, écrivain bouddhiste indien (IIe - IIIe siècle), fondateur de l'école Madhyamaka et originaire de la région correspondant à l'Andhra Pradesh actuel, n'est pas sans ressemblances troublantes avec les découvertes et observations de la physique quantique contemporaine.

Ne pourrait-on voir ici un moyen de "réconcilier" science et religion/spiritualité, que l'on oppose trop souvent ?
Répondre

Revenir à « Archives : Bouddhisme en general »