Dans cette vie même...

Avatar de l’utilisateur
axiste
Team RB
Team RB
Messages : 7259
Inscription : ven. 9 mai 2008 04:39

Dans cette vie même...

Message non lu par axiste » jeu. 11 janv. 2018 13:22

(...)Une autre grande faiblesse des êtres c’est qu’en réalité, ils ne possèdent rien. Cela peut vous sembler étrange : nous sommes nés, nous développons la connaissance, nous nous forgeons une réputation, la plupart d’entre nous ont un travail et peuvent s’acheter toutes sortes de choses avec leur salaire ; nous considérons que tout cela est à nous, ce sont nos possessions et à niveau relatif c’est juste, il n’y a aucun doute. Mais si nous possédions vraiment ces choses, nous n’en serions jamais séparés. Si nous les possédions vraiment, au sens ultime, serait-il possible que ces objets se cassent, qu’ils se perdent ou soient volés ? Lorsque l’être humain meurt, il n’emmène rien, il laisse derrière lui tout ce qu’il a gagné, tout ce qu’il a amassé, tout ce qu’il a accumulé et stocké. Pour toutes ces raisons, il est dit que les êtres sont sans possessions. Au moment de la mort, ils devront abandonner tous leurs biens. Il y a trois sortes de biens.

Tout d’abord, les biens immeubles : bâtiments, terrains, propriétés, etc. Tout ceci vous appartient au niveau relatif mais lorsque vous mourrez vous devrez tout laisser derrière vous.

Viennent ensuite les biens meubles : chaises, brosses à dents, vêtements, tout ce que vous emmenez lorsque vous voyagez sur cette planète.

Et enfin, il y a la connaissance : les arts et les sciences, toutes les compétences que vous avez développées pour assurer votre subsistance et celle des autres. Tant que le corps fonctionne bien, ce troisième type de possession occupe une place très importante, mais là non plus, rien n’est sûr. Vous pourriez, par exemple, oublier ce que vous savez, vous pourriez vous trouver dans l’impossibilité de pratiquer votre spécialité à cause d’un décret gouvernemental ou d’un autre événement malheureux. Si vous êtes chirurgien, vous pourriez vous casser le bras, suite à une agression, devenir neurasthénique au point de ne plus pouvoir professer.

A quelque catégorie qu’elles appartiennent, les possessions ne peuvent pas amener la sécurité au cours de l’existence terrestre et encore moins après la mort. Si on comprend qu’on ne possède rien et que la vie est extrêmement transitoire, on se sentira beaucoup plus calme lorsque l’inévitable se produira.(...)

Dans cette vie même, (extrait)

Sayadaw U PANDITA

pdf.jpg
pdf.jpg (42.07 Kio) Consulté 43 fois
Quiconque par de bonnes actions couvre le mal fait, celui-là illumine le monde comme la lune hors des nuages.
Dhammapada
Avatar de l’utilisateur
ted
Bavard occasionnel / Team RB
Bavard occasionnel / Team RB
Messages : 13154
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Dans cette vie même...

Message non lu par ted » jeu. 11 janv. 2018 13:56

axiste a écrit :
jeu. 11 janv. 2018 13:22
Et enfin, il y a la connaissance : les arts et les sciences, toutes les compétences que vous avez développées pour assurer votre subsistance et celle des autres.
(...)
Si on comprend qu’on ne possède rien et que la vie est extrêmement transitoire, on se sentira beaucoup plus calme lorsque l’inévitable se produira.(...)
jap_8
Je comprends ce que dit ce grand maître.
Il le dit pour déclencher un lacher-prise chez la personne à qui il s'adresse. Et de ce point de vue, c'est totalement juste.

Mais lors de sa progression, il arrive un moment où le méditant se remémore toutes ses vies passées. C'est donc la preuve que ses connaissances antérieures multiples restent associées à son continuum de conscience. jap_8

Alors bien sur, on ne dira pas qu'elles lui appartiennent puisqu'il est sans égo. :cool: Mais Siddhartha s'est souvenu de toutes ses vies antérieures, pas de celles d'Ananda.
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)
Circé
Oiseau
Oiseau
Messages : 553
Inscription : lun. 21 nov. 2016 18:54

Re: Dans cette vie même...

Message non lu par Circé » jeu. 11 janv. 2018 15:02

Je ne sais plus qui a écrit, à propos de ce qui subsiste ou pas: " un continuum de conscience, migrant d'existence en existence, héritier du karma.."
Je trouve ça juste et rassurant.
Avatar de l’utilisateur
davi
Cheval
Cheval
Messages : 797
Inscription : dim. 28 févr. 2016 11:38

Re: Dans cette vie même...

Message non lu par davi » jeu. 11 janv. 2018 17:30

ted a écrit :
jeu. 11 janv. 2018 13:56
Siddhartha s'est souvenu de toutes ses vies antérieures, pas de celles d'Ananda.
Tu es sûr là ? Parce que le Bouddha est normalement capable de voir le karma chez les autres, et ainsi il peut dire pourquoi telle personne a un problème en particulier ou telle bonne fortune. J'ai lu plusieurs histoires où le Bouddha expliquait le karma de personnes.

Sinon dans la liste des possessions, il manque tout ce qui concerne ses proches : avoir des parents, des frères et sœurs, des enfants, des amis. Bien sûr on ne les possède pas comme des objets, mais c'est tout comme. D'ailleurs quand on meurt, à mon avis, la première des souffrances est de perdre ses proches.
S'indigner, s'irriter, perdre patience, se mettre en colère, oui, dans certains cas ce serait mérité. Mais ce qui serait encore plus mérité, ce serait d'entrer en compassion.
Le Bouddhisme Le sutra du coeur603.WMA
Avatar de l’utilisateur
axiste
Team RB
Team RB
Messages : 7259
Inscription : ven. 9 mai 2008 04:39

Re: Dans cette vie même...

Message non lu par axiste » jeu. 11 janv. 2018 18:07

Ted a écrit
Je comprends ce que dit ce grand maître.
Il le dit pour déclencher un lacher-prise chez la personne à qui il s'adresse. Et de ce point de vue, c'est totalement juste.

Mais lors de sa progression, il arrive un moment où le méditant se remémore toutes ses vies passées. C'est donc la preuve que ses connaissances antérieures multiples restent associées à son continuum de conscience.

Alors bien sur, on ne dira pas qu'elles lui appartiennent puisqu'il est sans égo. Mais Siddhartha s'est souvenu de toutes ses vies antérieures, pas de celles d'Ananda.
Pour les connaissances telles que sciences, arts, etc nous avons cette connaissance des évènements qui sont impermanents (dates, infos ponctuelle, tout ce qui a trait à l'évènementiel, à la culture, etc…) mais un ordinateur l'a tout autant, bien mieux même que nous…
Quant aux compétences qu'on développe dans ces domaines il doit y avoir des tendances qui s'expriment dans un continuum…ce serait un peu comme ce qui s'exprimerait à travers nos gènes ?
Davi a écrit
Parce que le Bouddha est normalement capable de voir le karma chez les autres, et ainsi il peut dire pourquoi telle personne a un problème en particulier ou telle bonne fortune. J'ai lu plusieurs histoires où le Bouddha expliquait le karma de personnes.
Cela voudrait dire une certaine omniscience ?
Sinon dans la liste des possessions, il manque tout ce qui concerne ses proches : avoir des parents, des frères et sœurs, des enfants, des amis. Bien sûr on ne les possède pas comme des objets, mais c'est tout comme. D'ailleurs quand on meurt, à mon avis, la première des souffrances est de perdre ses proches.
Une souffrance pour ceux qui n'ont pas trouvé la paix, certaines personnes pourtant n'ont pas peur de perdre leur proches parce qu'elles ont déjà fait tout un travail de détachement et de lâcher prise…
Quiconque par de bonnes actions couvre le mal fait, celui-là illumine le monde comme la lune hors des nuages.
Dhammapada
Répondre

Revenir à « Citations »